Comment fonctionne le CBD?

Publié:

How Does CBD Work

Le CBD (cannabidiol) appartient à une famille de composés appelés cannabinoïdes. Ils sont uniques parce qu’ils existent à l’extérieur du corps. Lorsqu’il est consommé, le CBD peut influencer le système endocannabinoïde, permettant ainsi au reste du corps de travailler potentiellement de manière plus efficace.

Tout commence avec le système endocannabinoïde (SEC)

Le système endocannabinoïde ou SEC existe chez tous les mammifères. Cela comprend le chien, le chat et même les non-mammifères comme le poisson rouge. Chez l’humain, le rôle du SEC est une découverte relativement récente (début des années 90), c’est pourquoi la recherche continue.

Ce que nous savons, c’est que le SEC fonctionne comme un système régulateur jouant un rôle dans les organes vitaux, les régions du cerveau, le système nerveux et le système immunitaire. Son travail consiste essentiellement à observer tous ces systèmes et à s’assurer qu’ils sont en bon état de fonctionnement. Si, pour une raison quelconque, ils ne le sont pas, il pourra aider en signalant la libération de composés biologiques ou d’enzymes spécifiques.

Pensez au CBD comme un directeur général de votre système endocannabinoïde. Il n’intervient pas dans le fonctionnement quotidien, mais il s’assure que les enzymes et les composés chimiques de votre corps sont là où ils doivent être, et quand ils doivent y être. Le CBD peut toutefois prendre l’initiative sur le front et, à l’occasion, interagir directement avec le SEC.

Deux types de récepteurs sont attachés au SEC

Pour que le SEC puisse agir, il doit posséder un point d’entrée pour les cannabinoïdes comme le CBD. Il le fait via deux types de récepteurs (CB1/CB2) qui servent de points d’accès au SEC. Toutefois, pour s’assurer que seuls les bons composés entrent dans la bonne voie, les récepteurs ont une sorte de « serrure ». Si les récepteurs interagissent avec le bon composé, la voie est déverrouillée et le SEC reçoit un signal l’invitant à agir.

La « clé » du CBD ne s’intègre pas parfaitement dans les « serrures » du CB1 ou du CB2, mais provoque des effets en aval en influençant les récepteurs d’autres manières. Au lieu de déverrouiller le chemin directement, c’est comme si le CBD entrait par une porte arrière qui lui était propre, équipée de son propre système d’entrée unique. Lorsque cela se produit, nous ressentons plusieurs des effets qui ont fait la renommée du CBD. Le CBD n’est pas le seul composé qui peut stimuler les récepteurs CB1 et CB2, mais c’est l’un des rares qui n’a pas d’effets secondaires modifiant l’humeur. Dans une situation où le CBD n’interagit pas directement avec un récepteur, il aidera quand même en engageant d’autres composés chimiques et enzymes.

Le CB1 et le CB2 ne sont pas les seuls récepteurs que le CBD peut influencer

Le rôle de directeur général polyvalent du CBD va bien au-delà des récepteurs CB1 et CB2. Il peut également influencer des récepteurs qui ne sont pas directement liés au SEC. Il s’agit notamment des récepteurs qui déclenchent la libération de sérotonine (5-HT). La sérotonine est un composé chimique qui favorise les sentiments de bonheur et de bien-être.

Le CBD interagit également avec les canaux TRP. Ne vous laissez pas décourager par le nom ; leur rôle est simple. Les canaux TRP existent à l’intérieur des cellules et agissent comme des jauges dans une voiture — ils surveillent des choses comme la température et la douleur. S’ils détectent une température trop basse ou trop élevée, ils envoient un signal à la cellule à laquelle ils sont reliés pour que le corps agisse.

Enfin, le CBD provoque également une réaction des récepteurs du foie (PPAR-alpha). Cela peut accélérer le métabolisme à l’intérieur du foie, et c’est quelque chose que les scientifiques étudient, car ils ne le comprennent pas encore.

Le CBD joue également un rôle dans la production et la dégradation des enzymes

Plus tôt, nous avons mentionné que le CBD appartient à une famille de composés appelés cannabinoïdes. Ceux-ci existent à l’extérieur du corps, mais heureusement pour nous, la physiologie humaine a développé son propre type de cannabinoïdes appelés endocannabinoïdes. Ils sont similaires au CBD dans la mesure où leur structure moléculaire est similaire, mais ils sont présents naturellement à l’intérieur du corps humain.

L’un de ces composés est appelé anandamide (AEA). De grandes concentrations d’AEA sont habituellement décomposées par l’organisme, mais le CBD a une capacité unique de se lier à l’enzyme responsable de la gestion des niveaux d’AEA. Il reste encore beaucoup à apprendre sur les possibilités liées à cette réaction, mais les chercheurs pensent que des concentrations plus élevées d’AEA pourraient jouer un rôle dans l’alimentation, les habitudes de sommeil, et le soulagement de la douleur.

Le rôle potentiel du CBD est vaste et comprend de multiples systèmes physiologiques

Nous avons couvert beaucoup de sur le sujet, cela vaut donc la peine de résumer. Pour ce faire, nous reviendrons sur notre exemple du CBD comme directeur général.

La CBD soutient la capacité de l’organisme à maintenir l’équilibre et le bon fonctionnement de tout ce qu’il doit faire. Il peut jouer plusieurs rôles et, ce faisant, influencer un vaste éventail de processus biologiques. Les résultats peuvent varier, car le corps de chacun est légèrement différent, y compris le SEC et ses récepteurs. Pour plus d’informations sur ce phénomène, consultez notre blog sur Le dosage du CBD, comprendre les principes de base. Au final, la clé est de trouver un producteur de CBD digne de confiance dont les résultats de tests sont vérifiés et avec la puissance nécessaire pour essayer avec succès le CBD.

Restez à jour. Inscrivez-vous pour connaître les nouveautés

De quel produit ai-je besoin ?