Comment agit le CBD

Comment agit le CBD : un examen plus approfondi?

Alors que les effets du CBD peuvent être rapides à agir, ils se développent en réalité à travers un complexe réseau de cellules réceptrices connu sous le nom de système endocannabinoïde, ou système cannabinoïde endogène (SEC). Grâce à des interactions directes et indirectes avec des récepteurs à travers le cerveau et le système nerveux, le CBD est capable d’influencer rapidement et efficacement des sensations comme l’humeur, la douleur et l’appétit.

Tout commence par le système endocannabinoïde

Afin de produire son éventail de bienfaits de santé thérapeutiques, le CBD doit interagir avec le système endocannabinoïde du corps. Le SEC comporte un réseau de récepteurs situés sur les membranes cellulaires à travers le corps, qui sont également exprimés par les mitochondries et les noyaux. Ce réseau interagit avec les cannabinoïdes internes (endocannabinoïdes) et les cannabinoïdes externes (phytocannabinoïdes) afin de diffuser des messages synaptiques rétrogrades, influençant en résultat des processus physiologiques.

Au fil du temps, des chercheurs ont découvert que ce système endocannabinoïde était crucial au maintien de l’homéostasie (l’équilibre entre les éléments collaborant dans le corps). Ce système endocannabinoïde est aussi responsable de la neuromodulation et du développement du système nerveux central. Les récepteurs cellulaires qui composent ce système sont situés dans le cerveau et le système nerveux périphérique.

Grâce à leurs interactions avec le système endocannabinoïde, les cannabinoïdes comme le CBD peuvent influencer des éléments comme le stress, l’humeur, la mémoire et l’appétit. C’est dû au fait que de nombreuses récepteurs endocannabinoïdes cellulaires sont situés dans des régions du cerveau associées à la cognition, au mouvement et à la perception. Des chercheurs en sont arrivés à penser que notre corps a été conçu pour interagir avec les cannabinoïdes et qu’ils pourraient même avoir un rôle à jouer dans notre bien-être général.

Des chercheurs ont découvert le premier endocannabinoïde dans le cerveau d’une souris en laboratoire en 1988. En 1993, plus de récepteurs ont été découverts dans le système immunitaire. En 1995, deux classes de récepteurs ont été découverts chez l’homme, classés en récepteurs CB1 et CB2.

Le rôle des récepteurs CB1 et CB2

Les récepteurs CB1 et CB2 sont les principales cibles des cannabinoïdes. C’est grâce à leurs interactions avec ces récepteurs cellulaires que les cannabinoïdes peuvent provoquer leurs effets. Tous les cannabinoïdes interagissent avec ces deux récepteurs d’une manière ou d’une autre, soit en se liant directement avec eux comme une clé dans une serrure (comme le THC et le CB1), ou plus indirectement, comme nous avons pu le comprendre avec le CBD. Peut-être à la différence du THC, l’interaction du CBD avec le SEC est plus diverse et plus complexe. Même si la relation exacte du CBD avec le CB1 et le CB2 reste encore à découvrir, ce cannabinoïde est considéré comme ayant plus d’impact sur ces deux récepteurs que ce qui était envisagé par le passé.

Comment le CBD influence d’autres récepteurs cellulaires

Là où l’on commence à comprendre plus d’éléments au sujet des effets du CBD, c’est dans le domaine des autres récepteurs cellulaires. Le CBD est connu pour avoir une affinité avec le récepteur 5-HT, le PPAR (récepteur activé par les proliférateurs de peroxysomes) et le récepteur TRPV.

Les récepteurs 5-hydroxytryptamine (5-HT), aussi connus sous le nom de récepteurs à sérotonine, sont des récepteurs couplés aux protéines présents dans les systèmes nerveux central et périphérique. L’interaction du CBD avec ces récepteurs entraîne une libération de neurotransmetteurs comme la sérotonine et la glutamine. Il est largement accepté qu’une carence en sérotonine joue un rôle significatif dans la dépression et les symptômes dépressifs. Une étude de 2016 a découvert que le CBD produisait « des effets antidépresseurs rapides et prolongés » en raison, du moins en partie, de « niveaux de sérotonine et de glutamine significativement augmentés. »

Les récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes sont directement activés par les cannabinoïdes. En combinaison avec d’autres récepteurs, les PPARs jouent un rôle dans les effets analgésiques, neuroprotecteurs, anti-inflammatoires et cardiovasculaires produits par des cannabinoïdes tels que le CBD. Des recherches plus récentes suggèrent que les cannabinoïdes sont escortés vers le PPAR par des protéines de liaison des acides gras. Il existe aussi des preuves que le CBD possède le potentiel de manipuler l’expression des gènes via ses interactions avec le PPAR.

Le récepteur TRPV1 (Transient receptor potential vanilloid type 1) est un récepteur cellulaire qui joue un rôle significatif dans le contrôle de la douleur et de l’inflammation. Une étude animale de 2015 a découvert que la stimulation des récepteurs TRPV1 avec du CBD entraînait une augmentation du seuil de la douleur et une réduction dans l’inflammation articulaire. En raison de ces résultats, les récepteurs TRPV1 sont considérés comme étant particulièrement importants dans le traitement de l’arthrite avec le cannabis.

récepteurs cellulaires

Le rôle du CBD dans la production et la décomposition des enzymes

Des recherches montrent que le CBD joue aussi un rôle dans la production d’anandamide et dans l’entretien des niveaux d’endocannabinoïdes dans le corps. Des chercheurs pensent que le CBD se lie aux protéines de liaison des acides gras (FABP), réduisant l’accès de l’anandamide à ces molécules de transport et agissant ainsi comme une sorte d’inhibiteur de la recapture de l’anandamide. Ceci signifie essentiellement que le CBD a le potentiel d’augmenter les niveaux d’anandamide dans le corps sur des périodes prolongées. C’est un élément que des chercheurs pensent être derrière la tendance actuelle de consommation du CBD pour traiter l’épilepsie infantile dans certains pays.

Le rôle physiologique du CBD

Grâce à ses interactions avec des récepteurs cellulaires dans le système endocannabinoïde, le CBD est capable d’apporter rapidement et efficacement un éventail de bienfaits de santé thérapeutiques. Les récepteurs dans le cerveau et le système nerveux agissent en tandem avec des cannabinoïdes comme le CBD pour réguler tout un ensemble de fonctions physiologiques.

Les effets du CBD peuvent varier d’une personne à l’autre. C’est dû au fait que ses effets sont larges, indirects et catalysés par un réseau si complexe de récepteurs cellulaires et de signaux synaptiques. Pour plus d’informations pour vous lancer dans le CBD, consultez notre article sur le dosage du CBD.

De quel produit ai-je besoin ?