Recherche de produits

L’impact caché du stress chronique sur notre santé physique

Publié:

Il existe une différence fondamentale entre le bon et le mauvais stress.

Le stress est un sujet complexe. Affectant tout le monde différemment, la durée et la gravité du stress dépendent de dizaines de facteurs internes (biologiques) et externes (environnementaux). De surcroit, de petites périodes de stress peuvent en fait être bonnes pour nous. On sait, cela peut paraître étrange, mais pour éviter la confusion, nous devons mettre un terme à notre réaction du type combattre ou fuir.

women doing yoga

En voyant un tigre à dents de sabre, nos ancêtres préhistoriques auraient eu deux options : se lever et se battre, ou fuir pour survivre. Bien que le choix semble simple, l’une ou l’autre option déclenche de nombreux changements biologiques dans notre corps. Notre corps reçoit une poussée d’épinéphrine, de noradrénaline, et de cortisol. Il en résulte une augmentation de l’adrénaline, de la concentration, de la fréquence cardiaque, et de la tension artérielle. Quelques millions d’années plus tard, et bien que la menace des prédateurs à quatre pattes ait disparue, la société moderne possède ses propres défis afin de tester notre réaction au stress.

Échéance au travail, conversation difficile, prise de parole en public, ou visite dans votre belle-famille : toutes ces activités peuvent déclencher du stress, activant ainsi notre réaction naturelle de lutte ou de fuite. Il n’est pas conseillé de fuir la belle-famille, mais l’attention supplémentaire apportée par le stress aidera certainement à combler ces lacunes gênantes durant la conversation. Si les périodes intenses de stress sont bonnes, qu’est-ce qui constitue le mauvais stress ?

Les périodes prolongées de stress ne permettent pas l’accumulation de composés chimiques déclenchés par notre réaction de fuite ou de combat. À la place, ils restent à l’intérieur du corps, contribuant à l’anxiété et plusieurs autres problèmes de santé. Restez stressé assez longtemps, et l’impact sur votre corps pourrait être grave.

Cinq façons dont le stress chronique endommage notre corps

Se sentir nerveux quand on est stressé est tout à fait normal. C’est aussi un signe de stress à court terme. Le stress chronique a des symptômes beaucoup plus permanents. Il s’agit notamment de difficultés respiratoires, d’étourdissements, de perte de libido, de douleurs thoraciques, et de fatigue.

Bon nombre de ces symptômes seront immédiatement reconnaissables par les personnes qui en souffrent. Toutefois, nous n’affichons pas seulement les impacts du stress à l’extérieur. À l’intérieur, notre corps lutte désespérément pour rétablir un équilibre naturel. L’effet de cette tourmente chimique causée par le stress chronique s’étend à de nombreux systèmes biologiques importants.

Le stress cause des problèmes digestifs

sausages

Cette sensation de boule dans l’estomac avant une situation stressante ? C’est votre instinct qui réagit à la réaction de votre corps au combat ou à la fuite. Notre système digestif est beaucoup plus raffiné que beaucoup d’entre nous pourraient le croire. Foyer de millions de cellules nerveuses, le stress peut provoquer une puissante réaction dans le tractus gastro-intestinal.

Une accumulation d’acide gastrique, des nausées, de la diarrhée ou de la constipation, voire des spasmes dans l’œsophage : tous ces symptômes peuvent être causés par un stress chronique - un stress qui ne disparaît pas. Dans le pire des cas, si vous souffrez déjà d’une maladie préexistante comme le syndrome du côlon irritable (SCI) ou des ulcères gastriques, le stress peut exacerber ces pathologies.

Le stress mène à l’obésité

Après une dure journée de travail, la dernière chose que nous voulons faire c’est de préparer un repas de A à Z. Nous avons envie d’aliments riches en gras et en sucre. Prêts en quelques minutes, ils procurent une sensation de bien-être instantané et semblent soulager le stress, du moins à court terme. L’envie de manger des aliments gras n’est pas le résultat de paresse ou d’une mauvaise maîtrise de soi. C’est en fait le système de récompense de notre cerveau qui est en cause. Lorsque nous mangeons des aliments que nous trouvons agréables (la plupart du temps, il s’agit de malbouffe), notre corps libère de la dopamine pour combattre l’accumulation de substances neurochimiques liées au stress.

Vous pouvez donc imaginer sans aucun doute où ce cycle mène. Nous sommes stressés, nous nous récompensons avec des aliments réconfortants pour nous sentir mieux et finissons par prendre du poids. La prise de poids nous cause un stress émotionnel et nous sommes de retour au début du cycle. Le stress peut facilement conduire à de l’obésité, une pathologie qui apporte sa propre ribambelle de symptômes préjudiciables.

Le stress affaiblit le système immunitaire

broken umbrellas

Notre système immunitaire est habitué à gérer le stress. Quand nous tombons malades, notre corps est soumis à un stress supplémentaire et doit travailler encore plus. Une réaction parfaitement naturelle, car elle permet de traiter les infections et les maladies en cas de besoin. Généralement, le stress causé par la maladie frappe sévèrement, avant de s’améliorer au fil des jours. Au bout d’une semaine ou deux, vous vous sentirez de nouveau à l’aise et vous retrouverez un état naturel d’homéostasie. Votre système immunitaire fonctionne de la même façon que vous lorsqu’une échéance urgente approche. Vos efforts s’intensifient pour finir le projet dans les temps, avant de se stabiliser de nouveau.

En utilisant le même scénario, imaginez comment vous vous sentiriez si vous étiez déjà sous pression lorsque votre patron demande que le projet soit terminé encore plus tôt. Vous vous sentez déjà tendu, et vous devez maintenant redoubler d’efforts. Il manque de la qualité et de la finesse à votre présentation. Vous n’avez pas été capable de donner le maximum d’efforts.

Maintenant, remplacez la version sous pression de vous-même par votre système immunitaire. Il est sûrement fait pour augmenter le flux sanguin et notre réponse inflammatoire lorsque nous sommes stressés, mais seulement à court terme. Le stress chronique affaiblit la capacité de notre système immunitaire à fonctionner efficacement. Une étude publiée sur le NCBI a conclu que « la recherche sur les effets du stress sur l’inflammation dans les populations cliniques a démontré que l’exposition au stress peut augmenter la probabilité de développer une maladie ».

Problèmes de système nerveux

Les implications d’une réponse inflammatoire accrue ne se limitent pas à notre système immunitaire ; même notre système nerveux en souffre. Le Département de psychiatrie de Corée a constaté que le stress peut « augmenter le niveau de cytokines pro-inflammatoires ». Les cytokines agissent comme des messagers qui disent aux cellules quoi faire en cas de maladie ou d’infection. Bien qu’une réponse inflammatoire soit nécessaire pour faire face à ces problèmes, une augmentation des cytokines pro-inflammatoires a été liée au développement de maladies cardiaques, du diabète et de certains types de cancer. Pour un aperçu complet des cytokines et de leur importance, consultez notre blog sur les inflammations chroniques.

Problèmes cardiovasculaires

Avec notre cerveau, le cœur est probablement le deuxième organe le plus important de notre corps. Il est essentiel de le maintenir en condition optimale pour vivre longtemps et en bonne santé. Malheureusement, le stress chronique a un impact significatif sur la capacité de notre cœur à fonctionner comme une horloge bien réglée.

En utilisant plusieurs sources de données scientifiques, un article disponible dans le Nature International Journal of Science a voulu examiner la corrélation directe entre le stress psychologique et les maladies cardiovasculaires. Les points clés de l’étude sont les suivants : « le stress psychologique contribue aux maladies cardiovasculaires à plusieurs stades » et « le stress chronique au travail et dans la vie privée est associé à une augmentation de 40-50 % de l’apparition de maladies coronariennes ».

« le stress chronique au travail et dans la vie privée est associé à une augmentation de 40-50 % de l’apparition de maladies coronariennes »

Comment gérer le stress chronique - la méthode BAMA ?

L’étendue des effets néfastes du stress chronique est vaste. La gestion du stress est d’une importance cruciale, car elle touche les principaux organes, entraîne de la prise de poids, et impact notre capacité à combattre les maladies. La méthode BAMA est un excellent exemple de plusieurs étapes simples afin de maintenir une réduction du stress. En mettant l’accent sur le corps, la conscience, l’esprit et l’art, vous pouvez faire l’expérience d’une réduction du stress scientifiquement prouvée. Pour que la méthode BAMA soit aussi simple que possible, nous en avons exposé les principes dans un article exclusif. Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ici.

Heureusement, malgré les répercussions, il existe beaucoup de choses que vous pouvez faire pour réduire le stress. Que ce soit en faisant de l’exercice en douceur, en faisant preuve de créativité, en mangeant des aliments naturels et sains, ou en participant à des activités sociales, sachez que le stress chronique ne devrait pas nécessairement avoir d’impact sur votre vie. La clé est de comprendre comment fonctionne votre réponse de combat ou de fuite et de l’utiliser à votre avantage.