CBD et dépendance à la nicotine : l’huile au CBD peut-elle vous aider à arrêter de fumer ?

Publié:

Le tabagisme est une épidémie mondiale

Si vous deviez deviner quelle est la seule habitude que la plupart des gens aimeraient abandonner, que diriez-vous ? Étant donné que 1,1 milliard de personnes fument, il est fort probable que vous disiez arrêter de fumer la cigarette.

Pour un non-fumeur, il est difficile d’imaginer pourquoi les gens risqueraient leur temps, leur argent et leur santé pour une habitude qui tue plus de 8 millions de personnes par an. Cependant, pour les fumeurs, la dépendance à la cigarette, ou plus précisément à la nicotine contenue dans le tabac, est un défi qu’ils doivent relever chaque jour.

Avec la nicotine dont on estime qu’elle est aussi addictive que l’héroïne, la cocaïne et l’alcool, vaincre le désir d’en allumer une chaque matin n’est pas une mince affaire. La bonne nouvelle, c’est que les fumeurs peuvent arrêter de fumer et le font. La plupart du temps, ils ont juste besoin de soutien pendant qu’ils apprennent à briser la chaîne des souvenirs appris et des comportements instinctifs. Ce soutien peut prendre diverses formes : thérapie de groupe, patch de nicotine, e-cigarettes et, selon des études préliminaires, CBD.

Comment le CBD pourrait-il aider les gens à arrêter de fumer ?

L’idée que le CBD peut être utile pour aider à arrêter de fumer est un concept qui est apparu pour la première fois après une étude préliminaire de 2013. Heureusement, depuis, notre compréhension des cannabinoïdes, du système endocannabinoïde et du CBD s’est développée.

Présentés avec une meilleure compréhension, les chercheurs ont poursuivi leurs efforts pour évaluer non seulement l’effet du CBD sur le tabagisme, mais aussi son impact sur la dépendance en général. Avant d’aller trop loin, il est judicieux de commencer par les résultats de l’étude publiée en 2013.

Menés par l’University College London, les chercheurs ont utilisé une méthodologie à double insu contrôlée par placebo pour évaluer si le CBD pouvait être efficace dans le traitement de la dépendance à la nicotine. Sur les 24 fumeurs qui ont participé, 12 ont reçu un inhalateur de CBD et l’autre moitié un placebo. Les patients ont été informés que lorsqu’ils ressentaient le besoin de fumer, ils devaient utiliser à la place l’inhalateur.

Le nombre de fois où les deux groupes ont fumé a ensuite été mesuré sur une semaine. Dans le groupe placebo, il n’y avait aucune différence quant au nombre de fois où ils ont ressenti le besoin de fumer. Cependant, dans le groupe du CBD, le nombre de cigarettes potentielles fumées a diminué de 40 %. Les résultats indiquaient également « un certain maintien de cet effet lors du suivi ».

Bien que ces résultats semblent positifs, cela vaut la peine d’examiner deux facteurs cruciaux. Le premier, c’est que cette étude n’a duré qu’une semaine. En général, il faut jusqu’à un mois pour que les effets de sevrage de la nicotine s’estompent (état de manque, dépression, irritabilité et anxiété). La taille de l’échantillon est aussi incroyablement limitée lorsqu’on compare 24 personnes à 1,1 milliard de fumeurs dans le monde, mais l’étude a ouvert la voie à une demande plus vaste.

Que suggèrent d’autres études sur l’efficacité du CBD dans le traitement de la dépendance à la nicotine ?

Une étude de 2018, également réalisée par l’University College London, a adopté une approche différente de leurs enquêtes préliminaires. Cette fois-ci, ils ont cherché à briser les comportements instinctifs, ou préjugés attentionnels, dont font preuve les fumeurs de cigarettes. Le biais cognitif est le fait que notre corps relie des actions entre elles après avoir vécu une série de signaux.

Par exemple, de nombreux fumeurs fument leur première cigarette avec leur café ou leur thé le matin. Avec le temps, le cerveau apprend à associer ces deux actions. Sans s’en rendre compte, chaque fois qu’un fumeur voit une tasse de café, son cerveau réagit en ayant envie de fumer.

Les patients ont reçu soit une dose orale de 800 mg de CBD, soit un placebo avant qu’on ne leur montre des signaux picturaux de tabagisme (fumeurs, cendriers, etc.). Le groupe CBD a connu une réduction de « l’importance et du plaisir des signaux de la cigarette », tandis que le groupe placebo est resté le même. Cette étude diffère de l’étude originale parce qu’elle identifie le mécanisme sous-jacent impliqué dans l’efficacité potentielle du CBD. Les résultats suggèrent que le CBD cible les processus neurocognitifs (ce qui se passe dans notre cerveau) associés à la nicotine.

Le CBD et la dépendance : est-ce prometteur ?

Si l’on considère les résultats des études ci-dessus, ainsi que ceux de plusieurs études sur les animaux sur l’efficacité du CBD dans la lutte contre le mécanisme de la dépendance, les résultats sont encourageants.

Combiné aux effets anti-anxiété perçus du cannabinoïde (l’anxiété est un symptôme de sevrage important), le CBD semble démontrer les caractéristiques d’un traitement efficace de la dépendance à la nicotine. Malgré la nécessité de mener des études à plus grande échelle sur la question, une chose reste certaine : fumer est une habitude qui ne disparaît pas. L’Organisation mondiale de la santé affirme que « le tabac tue jusqu’à la moitié de ses consommateurs », il y a 550 millions de décès qui pourraient être évités avec plus de recherche, de volonté et, à l’avenir, de CBD.

Inscrivez-vous à notre newsletter et profiter d’une promotion de 10 % sur une commande

De quel produit ai-je besoin ?