About the author
Sources
Sources

[1] Samanta, A., Das, S. K., & Das, G. (2011). Roles of flavonoids in Plants. ResearchGate. Published. https://www.researchgate.net/publication/279499208_Roles_of_flavonoids_in_Plants [Source]

[2] Kozlowska, A., & Szostak-Wegierek, S. (2014). Flavonoids--food sources and health benefits. PubMed. Published. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25272572/ [Source]

[3] Kean, R. J., Lamport, D. J., Dodd, G. F., Freeman, J. E., Williams, C. M., Ellis, J. A., Butler, L. T., & Spencer, J. P. (2015). Chronic consumption of flavanone-rich orange juice is associated with cognitive benefits: an 8-wk, randomized, double-blind, placebo-controlled trial in healthy older adults. The American Journal of Clinical Nutrition, 101(3), 506–514. https://doi.org/10.3945/ajcn.114.088518 [Source]

[4] Parhiz, H., Roohbakhsh, A., Soltani, F., Rezaee, R., & Iranshahi, M. (2014). Antioxidant and Anti-Inflammatory Properties of the Citrus Flavonoids Hesperidin and Hesperetin: An Updated Review of their Molecular Mechanisms and Experimental Models. Phytotherapy Research, 29(3), 323–331. https://doi.org/10.1002/ptr.5256 [Source]

[5] Rotelli, A. (2003). Comparative study of flavonoids in experimental models of inflammation. Pharmacological Research, 48(6), 601–606. https://doi.org/10.1016/s1043-6618(03)00225-1 [Source]

[6] Roohbakhsh, A., Parhiz, H., Soltani, F., Rezaee, R., & Iranshahi, M. (2015). Molecular mechanisms behind the biological effects of hesperidin and hesperetin for the prevention of cancer and cardiovascular diseases. Life Sciences, 124, 64–74. https://doi.org/10.1016/j.lfs.2014.12.030 [Source]

[7] Bawazeer, N. A., Choudhry, H., Zamzami, M. A., Abdulaal, W. H., Middleton, B., & Moselhy, S. S. (2016). Role of hesperetin in LDL-receptor expression in hepatoma HepG2 cells. BMC Complementary and Alternative Medicine, 16(1). https://doi.org/10.1186/s12906-016-1165-2 [Source]

Back

Que sont les flavanones ?

Que sont les flavanones ?

Les flavanones sont l’un des six sous-groupes de substances phytochimiques appelées flavonoïdes.

La famille des flavanones comprend les molécules d’hespérétine, d’ériodictyol et de naringinine. Présentes dans diverses espèces de plantes et d’agrumes, les premières études sur le potentiel thérapeutique des flavanones menées sur des cellules, des animaux et des humains ont donné des résultats intéressants.

Les plantes produisent des flavanones en tant que métabolites secondaires[1]. Ces molécules peuvent aider les plantes à se protéger contre toute une série de menaces externes comme le gel, la sécheresse et les agents pathogènes microbiens. Elles pourraient également être impliquées dans l’attraction d’insectes bénéfiques pour augmenter la pollinisation. Les flavanones se trouvent dans presque toutes les parties d’une plante, des branches, tiges, écorces et feuilles aux racines, fleurs, fruits, pelures et rhizomes.

Continuez votre lecture pour en savoir plus sur ces molécules intéressantes et sur les avantages qu’elles peuvent présenter pour les humains.

Couleur

Les flavanones sont des cétones incolores. Contrairement à leurs cousins flavonoïdes, ce ne sont pas des pigments végétaux.

On en trouve dans

Les flavanones se trouvent principalement dans les agrumes, mais elles apparaissent également dans d’autres types de plantes. Elles existent en quantités relativement élevées dans les artichauts, les pamplemousses, les oranges, les citrons verts, les citrons et l’origan séché.

Que sont les flavanones ?

Recherche sur le sujet

Les premières recherches suggèrent que les flavanones offrent des effets importants qui pourraient aider à compenser les maladies courantes liées à l’âge. L’intégration d’un plus grand nombre de ces molécules dans l’alimentation pourrait contribuer à un bon état de santé[2] jusqu’à un âge avancé.

Jusqu’à présent, les recherches suggèrent les effets suivants :

• Avantages cognitifs
• Anti-inflammatoire
• Antioxydant
• Anticancéreux
• Cardio-protecteur

Examinons plus en détail les études actuelles qui s’appliquent à chacune de ces caractéristiques.

• Avantages cognitifs

Les études suggèrent que les flavonoïdes dans leur ensemble offrent des avantages cognitifs chez les adultes souffrant de troubles cognitifs et de maladies neurodégénératives. Les auteurs d’un article[3] publié dans The American Journal of Clinical Nutrition ont décidé d’explorer spécifiquement les flavanones pour voir si elles contribuaient à ces effets chez les adultes âgés en bonne santé.

Ils ont mené une étude randomisée, en double aveugle et contrôlée par placebo pour étudier les avantages cognitifs du jus d’orange riche en flavonoïdes. L’étude a porté sur 37 adultes âgés. Les chercheurs ont divisé les participants en deux groupes. Un groupe a reçu un jus d’orange 100 % riche en flavonoïdes (305 mg), tandis que l’autre groupe a reçu un sirop à faible teneur en flavonoïdes (37 mg) aromatisé à l’orange. Après avoir consommé la boisson choisie pendant huit semaines, les groupes ont permuté.

Les chercheurs ont constaté que les mesures de la fonction cognitive s’amélioraient de manière significative après que les participants aient consommé le jus d’orange riche en flavonoïdes pendant huit semaines, sans effets supplémentaires sur l’humeur ou la pression artérielle.

• Anti-inflammatoire et antioxydant

L’inflammation et le stress oxydatif sont à la base de nombreux problèmes de santé, notamment le cancer, les maladies neurodégénératives et les maladies cardiovasculaires. Le stress oxydatif est le résultat de ce qu’on appelle les radicaux libres. Ces atomes indésirables parcourent le corps à la recherche d’un électron supplémentaire et, ce faisant, causent des dommages aux cellules, aux protéines et à l’ADN.

Les flavanones—en particulier l’hespérétine—semblent agir comme des antioxydants et peuvent contribuer à réduire ce type de dommages. Ces molécules peuvent piéger les radicaux libres, en ramassant les atomes indésirables et en neutralisant la menace, ce qui réduit d’autant les cas d’inflammation.

Toutefois, l’hespérétine ne se contente pas de piéger directement les radicaux libres ; elle aide également les cellules à renforcer leurs défenses antioxydantes[4].

Une étude[5] animale publiée dans la revue Pharmacological Research a également montré que l’hespérétine produisait un effet anti-inflammatoire significatif concernant la tuméfaction des oreilles chez les souris.

D’autres études sur les cellules ont montré que les flavanones produisaient des effets anti-inflammatoires en agissant sur la COX-1 et la COX-2. Ces enzymes produisent des prostaglandines, des lipides inflammatoires qui favorisent les inflammations, la douleur et la fièvre.

• Anticancéreux

L’hespérétine semble aider à cibler les cellules tumorales de plusieurs manières. Un article[6] publié dans Life Sciences détaille que les flavanones peuvent provoquer l’apoptose en ciblant de multiples protéines cellulaires. L’apoptose, ou mort cellulaire programmée, se produit dans des cellules normales lorsqu’elles deviennent dysfonctionnelles. Cependant, les cellules cancéreuses parviennent à éviter ce processus, ce qui leur permet de survivre et même de se propager.

En plus de déclencher potentiellement ce mécanisme important, les flavanones pourraient également contribuer à prévenir la propagation du cancer (métastases) en ciblant la COX-2.

• Cardio-protecteur

Les régimes alimentaires complétés par de l’hespérétine pourraient être bénéfiques pour la santé cardiovasculaire. Une étude[7] publiée dans BioMed Central suggère que les flavanones pourraient réguler les lipoprotéines de basse densité dans le foie humain.

Les lipoprotéines de basse densité sont le « mauvais » type de cholestérol qui s’accumule sous forme de plaque dans les artères. Par son action, l’hespérétine peut réduire le taux sanguin des lipoprotéines de basse densité, et ainsi diminuer le risque de maladies coronariennes.

Précautions et effets secondaires

Les flavanones sont généralement des molécules sûres. Elles sont présentes dans de nombreux aliments courants et constituent une partie de l’apport quotidien en flavonoïdes alimentaires de plusieurs populations.

Auteur
Luke Sholl

Title/author.

Luke Sholl
Avec plus de dix ans d’expérience de rédaction sur le CBD et les cannabinoïdes, Luke est un journaliste accompli qui travaille comme rédacteur principal pour Cibdol et d’autres publications sur les cannabinoïdes. Soucieux de présenter un contenu factuel et fondé sur des preuves, sa fascination pour le CBD s’étend également à la forme physique, à la nutrition et à la prévention des maladies.
Luke Sholl

Title/author.

Luke Sholl
Avec plus de dix ans d’expérience de rédaction sur le CBD et les cannabinoïdes, Luke est un journaliste accompli qui travaille comme rédacteur principal pour Cibdol et d’autres publications sur les cannabinoïdes. Soucieux de présenter un contenu factuel et fondé sur des preuves, sa fascination pour le CBD s’étend également à la forme physique, à la nutrition et à la prévention des maladies.
Sources

[1] Samanta, A., Das, S. K., & Das, G. (2011). Roles of flavonoids in Plants. ResearchGate. Published. https://www.researchgate.net/publication/279499208_Roles_of_flavonoids_in_Plants [Source]

[2] Kozlowska, A., & Szostak-Wegierek, S. (2014). Flavonoids--food sources and health benefits. PubMed. Published. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25272572/ [Source]

[3] Kean, R. J., Lamport, D. J., Dodd, G. F., Freeman, J. E., Williams, C. M., Ellis, J. A., Butler, L. T., & Spencer, J. P. (2015). Chronic consumption of flavanone-rich orange juice is associated with cognitive benefits: an 8-wk, randomized, double-blind, placebo-controlled trial in healthy older adults. The American Journal of Clinical Nutrition, 101(3), 506–514. https://doi.org/10.3945/ajcn.114.088518 [Source]

[4] Parhiz, H., Roohbakhsh, A., Soltani, F., Rezaee, R., & Iranshahi, M. (2014). Antioxidant and Anti-Inflammatory Properties of the Citrus Flavonoids Hesperidin and Hesperetin: An Updated Review of their Molecular Mechanisms and Experimental Models. Phytotherapy Research, 29(3), 323–331. https://doi.org/10.1002/ptr.5256 [Source]

[5] Rotelli, A. (2003). Comparative study of flavonoids in experimental models of inflammation. Pharmacological Research, 48(6), 601–606. https://doi.org/10.1016/s1043-6618(03)00225-1 [Source]

[6] Roohbakhsh, A., Parhiz, H., Soltani, F., Rezaee, R., & Iranshahi, M. (2015). Molecular mechanisms behind the biological effects of hesperidin and hesperetin for the prevention of cancer and cardiovascular diseases. Life Sciences, 124, 64–74. https://doi.org/10.1016/j.lfs.2014.12.030 [Source]

[7] Bawazeer, N. A., Choudhry, H., Zamzami, M. A., Abdulaal, W. H., Middleton, B., & Moselhy, S. S. (2016). Role of hesperetin in LDL-receptor expression in hepatoma HepG2 cells. BMC Complementary and Alternative Medicine, 16(1). https://doi.org/10.1186/s12906-016-1165-2 [Source]

De quel produit ai-je besoin ?
As Seen On: