Que sont les flavones ?

Que sont les flavones ?

Les flavones sont un grand sous-groupe des flavonoïdes qui attire en ce moment l’attention en raison de son activité biologique sur l’humain. Les flavones sont définies par leurs différences en termes de structure moléculaire comparée aux autres sous-ensembles de flavonoïdes. Ils sont prévalents chez les plantes aux couleurs blanches ou crèmes, ils agissent en tant que pesticides naturels tout en aidant à moduler les systèmes bactériens et racinaires. Plusieurs aliments contiennent des flavones.

Couleur

Les flavones sont classées comme incolores, mais peuvent influencer la couleur de la plante en conjonction avec les autres composés chimiques.

Également trouvés dans

Plusieurs autres flavones existent, mais le type le commun comprend :

• Apigénine O-glycosides

Fleurs de camomille, persil, menthe poivrée, feuilles de chicorée.

• Apigenin C-glycosides

Thé rouge, jus de bergamote, jus de mandarine, pois chiche et grain de blé.

• Lutéoline

Sauge, épinard, céleri chinois, graines de fenugrec et kiwi.

Que sont les flavones ?

Soutien de la recherche

Bien que les chercheurs aient réussi à isoler plusieurs flavones, leur influence exacte sur la physiologie humaine reste élusive. La biodisponibilité, l’absorption et le métabolisme des flavones sont étudiés en ce moment même. Les résultats préliminaires indiquent que les flavonoïdes pourraient impacter le stress oxydatif, les risques cardiovasculaires et les signalements pro-inflammatoires.

Les flavonoïdes micronisés ont montré des résultats positifs lors d’essais cliniques randomisés. 50 patients furent traités à l’aide de flavonoïdes afin d’observer l’effet de ces composés sur les saignements liés aux hémorroïdes internes. Les chercheurs ont découvert que les patients traités avec des flavonoïdes montraient « une cessation rapide des saignements et un risque de rechute réduit » (Misra & Parshad, 2000).

Sept hommes et sept femmes ont pris part en 1999 à un essai mené par The Institute of Food Safety and Toxicology du Danemark. En se servant de persil, une source alimentaire riche en apigénine/apigénine O-glycoside, les chercheurs ont surveillé l’impact de la flavone sur le stress oxydatif. Accompagné d’un régime précautionneusement contrôlé, les résultats ont montré que le « persil semblait partiellement » influencer les enzymes et biomarqueurs impliqués dans les dégats oxydatifs (Nielsen et al., 1999).

Une étude in vitro sur les signaux pro-inflammatoires et l’impact des flavones a découvert qu’ils pourraient inhiber le gène de l’expression inflammatoire. L’apigénine comme la lutéoline « bloquent sélectivement » les voies d’activité « démontrant une diversité fonctionnelle » qui demande plus d’enquête (Ruiz & Haller, 2006).

Une étude de 1998, publiée dans la revue American Journal of Clinical Nutrition a examiné les effets de la quercétine et de l’apigénine sur des volontaires en bonne santé. L’étude a conclu que bien des concentrations de flavones in vitro avait des effets antiagrégants, les résultats in vivo n’en démontraient pas. L’impact diététique potentiel des flavones demande plus de recherches (Janssen et al., 1998).

Salubrité et effets secondaires

En raison du nombre limité d’études sur les flavones, on sait peu de choses sur sa salubrité et ses effets secondaires potentiels. Les résultats préliminaires suggèrent qu’une consommation excessive de flavone semble encourager les mutagènes et les pro-oxydants, ou inhiber les enzymes du foie (cytochrome P450). Cependant, alors que les mécanismes d’action des flavones restent largement inconnus, plus de recherche est nécessaire.

De quel produit ai-je besoin ?
As Seen On: