Le CBD possède-t-il des propriétés neuroprotectrices ?

Publié:

Examinons de plus près les neurones

Explorez le fonctionnement intérieur du corps humain et un monde de mécanismes sophistiqués se révèle. Bien que nous tenions souvent pour acquis la capacité de se mouvoir, de réfléchir et de ressentir — rien ne serait possible sans les neurones. Un neurone est défini comme « une cellule électriquement excitable qui communique avec d’autres cellules via des connexions spécialisées appelées synapses ». Les synapses peuvent sembler compliquées, mais ce ne sont que des structures qui permettent à une cellule nerveuse de transmettre un signal électrique ou chimique à une autre cellule nerveuse.

Une « action » peut être aussi simple que de cliquer sur le lien vers cet article. En une fraction de seconde, votre corps aura envoyé et reçu des milliers de signaux (grâce aux neurones) pour faciliter cette action. Imaginez maintenant que ces neurones sont endommagés ou commencent à se dégrader, et il est facile de comprendre comment quelque chose d’aussi simple que l’utilisation d’une souris puisse devenir difficile, ou dans le pire des cas, impossible.

Malheureusement, les inflammations et le stress oxydatif peuvent détruire ou endommager gravement les neurones et leur capacité à traiter les signaux électriques. La maladie de Huntington, la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson sont tous des exemples d’une dégradation des neurones entrainant des troubles de la mémoire, de la fonction motrice et plus encore. Ces pathologies, parmi d’autres, ont une caractéristique commune : elles sont toutes neurodégénératives. Il est non seulement essentiel de protéger les neurones, mais aussi d’encourager l’organisme à en développer de nouveaux pour remplacer ceux qui ont été endommagés.

Comprendre comment le CBD fonctionne

Vous vous demandez peut-être comment le CBD pourrait jouer un rôle dans le développement et la protection de nouveaux neurones, et vous n’êtes pas le seul. C’est une question qui fait encore l’objet d’un examen attentif de la part des chercheurs. Il est utile de commencer par examiner le système endocannabinoïde (SEC) et l’impact du CBD sur sa production d’endocannabinoïdes.

L’interaction du CBD avec le SEC diffère de celle d’autres cannabinoïdes importants. Plutôt que de se lier directement aux récepteurs CB présents dans tout l’organisme, le composé favorise une approche plus indirecte. Cela ne veut pas dire que cela n’affecte pas du tout les récepteurs CB1 ou CB2.

On pense plutôt que le CBD joue un rôle de supervision dans le maintien du SEC, en s’assurant que le système de régulation fonctionne au mieux de ses capacités (état idéal de l’homéostasie). Un rapport publié dans Transitional Psychology décrit comment le CBD aide la production d’anandamide (AEA) en bloquant les enzymes inhibitrices. Ce sont les endocannabinoïdes comme l’AEA qui, selon les scientifiques, pourraient jouer un rôle direct dans la signalisation cellulaire dans des maladies comme la maladie de Parkinson et d’Alzheimer.

Qu’est-ce que la recherche suggère d’autre sur le CBD et la neuroprotection ?

Nous y avons fait allusion plus tôt, mais l’un des mécanismes critiques impliqués dans la dégradation des neurones est le stress oxydatif. Le stress oxydatif se produit lorsqu’il y a un déséquilibre entre les radicaux libres et les antioxydants. Dans une étude publiée dans le Journal of Neurochemistry, les chercheurs ont cherché à comprendre l’impact du CBD sur le stress oxydatif en reproduisant le scénario dans des cellules de culture.

Les résultats ont été favorables ; le CBD montrant une « combinaison d’effets neuroprotecteurs, antioxydants et anti-apoptotiques ». Il est toutefois important de noter que les études in vitro (à l’extérieur d’un organisme vivant), bien qu’elles soient utiles pour établir les interactions de base, ne peuvent imiter la complexité des expériences réalisées sur des modèles de rongeurs ou, mieux encore, des essais cliniques à grande échelle.

Les inflammations sont un autre facteur important de la neurodégénérescence. Bien que de faibles niveaux d’inflammation soient une part nécessaire de notre réponse immunitaire, les inflammations chroniques endommagent les cellules ou les détruit entièrement. Le CBD a montré sa capacité à réduire l’accumulation de cytokines pro-inflammatoires - des messagers qui contribuent de façon excessive à la réponse inflammatoire.

Pour résumer ? Plus de recherche est nécessaire !

Qu’il s’agisse de l’influence du CBD sur les endocannabinoïdes ou de ses effets sur le stress oxydatif et les inflammations, les scientifiques s’accordent pour dire que les résultats suggèrent un potentiel neuroprotecteur du CBD. Le défi, cependant, est de déterminer précisément comment cette influence se produit, et ses applications pertinentes. Malheureusement, pour chaque interaction possible découverte, plus de variables sont créées, et il faut du temps pour examiner et comprendre chacune d’elles.

Au final, aussi suggestifs que soient les résultats scientifiques, il faut beaucoup plus de recherches avant de pouvoir parvenir à un consensus clair. Quelque part entre le CBD, le SEC, les récepteurs CB et les endocannabinoïdes se trouvent peut-être la réponse à un nombre incalculable de questions scientifiques.

Inscrivez-vous à notre newsletter et profiter d’une promotion de 10 % sur une commande

De quel produit ai-je besoin ?