Qu’est-ce que le CBC (Cannabichromène)

Qu’est-ce que le CBC (Cannabichromène)

Bien que beaucoup ne soient pas coutumiers de ce cannabinoïde, le CBC est loin d’être négligeable. Continuez à lire pour un résumé complet sur le cannabichromène et découvrez quel rôle il pourrait jouer dans les traitements à base de cannabinoïdes.

Qu’est-ce que le CBC ?

Le cannabichromène appartient à une famille de composés organiques connus sous le nom de cannabinoïdes. Trouvé au sein du chanvre et de variétés de cannabis, le CBC est synthétisé après que le CBCA soit exposé à la chaleur et à la lumière. Pourtant, il diffère de la majorité des cannabinoïdes en raison de sa faible affinité avec les récepteurs CB. À la place, le CBC se lie aux récepteurs TRPV impliqués dans la détection du changement de température et d’autres sensations au niveau cellulaire.

Résumé

Bien que le CBC isolé pourrait avoir des bienfaits, la majorité des études a examiné les effets du CBC accompagné d’autres cannabinoïdes tels que le CBD et le THC. Le cannabichromène montre une excellente synergie avec d’autres cannabinoïdes, mais, malgré son statut de composé majeur au sein de la structure biologique du Cannabis sativa, il n’est produit qu’en petite quantité.

• Le CBC semble non-psychotrope
• Il est l’un des trois cannabinoïdes majeurs synthétisé à partir du CBGA
• Il pourrait soutenir le traitement du cancer, des douleurs et de l’inflammation
• Il joue un rôle crucial dans l’optimisation de l’effet d’entourage
• Il montre une faible affinité pour les récepteurs CB1 et CB2 liés au SEC
• Il active les récepteurs TRPV1 et TRPA1 localisés dans la membrane cellulaire

Effets secondaires

Pour le moment, il est trop tôt pour déterminer si le CBC produit des effets secondaires notables. Comme d’autres cannabinoïdes non-psychotropes il semble être bien toléré, mais ce n’est qu’une simple conjecture.

La recherche à l’appu

Qu’est-ce que le CBC (Cannabichromène)

Comme nous y avons fait allusion, la majorité des études impliquant le CBC comprend aussi d’autres cannabinoïdes proéminents. La recherche indépendante sur le CBC est limitée ; seules des études sur l’animal ou in-vitro sont en cours.

En 2006, la revue Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics a publié une étude examinant les effets des cannabinoïdes sur des cellules de cancer in-vitro. Alors qu’il fut découvert que le cannabidiol (CBD) est l’inhibiteur le plus puissant de croissance cellulaire du cancer, il fut suivi de près par le CBG et le CBC. Les chercheurs ont conclu que leurs « données soutenaient d’autres tests du cannabidiol et d’extraits riches en cannabidiol en ce qui concerne son potentiel de traitement du cancer ».

Le Department of Experimental Medicine de Naples, en Italie, a testé les effets du CBD et du CBC sur des voies nociceptives chez des rats. La douleur nociceptive est une sensation familière associée aux fractures, brûlures et contusions.

Les résultats ont montré que le CBD et le CBC provoquaient une « analgésie en interagissant avec plusieurs protéines cibles ». Bien que l’étude ait conclu que les deux composés pouvaient être d’utiles agents thérapeutiques, de multiples mécanismes d’actions restent encore à être explorés. 

Une étude de 2010 menée par l’Université du Mississippi a évalué les effets du THC, CBD, CBC, CBG et CBN sur des modèles animaux de dépression. En employant une variété de doses, les chercheurs ont conclu que les « cannabinoïdes exercent des actions antidépressives » bien que pour le CBC les effets soient dépendants de la dose.

Bien que le CBD soit favorisé pour la réduction de l’inflammation et de la prolifération cellulaire associée à l’acné, une étude de 2016 a souligné le fait que le CBC pourrait avoir un effet similaire. Le cannabinoïde a « réduit significativement la lipogenèse semblable à de l’acné provoquée par l’acide arachidonique (AA)». Les résultats suggèrent que le CBC, le CBDV et le THCV se « montraient prometteurs pour devenir de nouveaux agents anti-acné très efficaces ».

L’effet du CBC sur d’autres cannabinoïdes fut démontré en 2011 lors d’une étude publiée dans Drug and Alcohol Dependence. Non seulement le cannabinoïde semblait agir comme médiateur des effets psychotropes du THC, mais l’administration dépendante à la dose des deux cannabinoïdes in-vitro a « mené à une amélioration des actions tétrades et anti-inflammatoires ». Le point de différence le plus significatif avec le CBC est que son effet anti-inflammatoire ne résulte pas d’une liaison avec les récepteurs CB1 ou CB2. La manière dont ce mécanisme d’action pourrait effectivement se traduire lors d’essais humains reste à définir.

Statut légal

Puisque le CBC n’est pas considéré comme psychotrope, ce cannabinoïde n’est pas annexé en vertu de la Convention unique sur les stupéfiants. De ce fait, il n’y a pas de restriction directe sur ce cannabinoïde et il n’est pas considéré comme une substance illicite.

De quel produit ai-je besoin ?