Comment le CBD affecte-t-il le métabolisme ?

Publié:

Les cannabinoïdes, ainsi que d’autres composés présents dans le cannabis, ont fait l’objet de beaucoup d’attention ces dernières années. L’effet des cannabinoïdes sur le métabolisme humain est un domaine qui a suscité beaucoup d’intérêt chez les chercheurs, les consommateurs et le public en général. Après tout, l’un des cannabinoïdes les plus connus, le THC, a des effets métaboliques très clairs, comme l’augmentation de l’appétit, un phénomène connu sous le nom de « fringale ». Mais qu’en est-il du CBD ? Est-ce que cela affecte aussi notre métabolisme ? Continuez votre lecture pour le savoir.

Le CBD peut-il affecter le métabolisme ?

La réponse est oui, plusieurs études montrent que le CBD affecte le métabolisme de l’organisme de diverses façons indirectes. En 2016, des chercheurs coréens du Département de biotechnologie de l’Université de Daegu ont publié une importante étude sur l’effet du CBD sur le « brunissement des graisses ». Il a été démontré que les graisses brunes, contrairement aux graisses blanches, aident à brûler les calories et l’énergie, ce qui peut contribuer à une perte de poids. Les graisses blanches, par contre, augmenteraient le risque de maladies cardiaques, de diabète, et plus.

L’étude, publiée dans la revue Molecular and Cellular Biochemistry, a examiné si le CBD pouvait aider à transformer la graisse blanche en graisse brune, et donc servir d’agent possible dans le traitement de l’obésité.

L’étude a révélé que le CBD avait trois effets majeurs sur les réserves de graisse. Tout d’abord, le CBD stimule les gènes et les protéines impliqués dans l’augmentation de la dégradation des graisses. Deuxièmement, l’étude a montré que le CBD aide à augmenter le nombre de mitochondries et leur activité, améliorant ainsi la capacité de l’organisme à brûler de l’énergie. Enfin, l’étude a montré que le CBD diminuait la manifestation de protéines spécifiques impliquées dans la création de nouvelles cellules graisseuses de l’organisme.

Sur la base de ces résultats, les auteurs de l’étude ont conclu que le CBD peut aider à convertir la graisse blanche en graisse brune bénéfique.

Comment le système endocannabinoïde est-il impliqué dans le métabolisme ?

Le CBD est capable d’interagir avec le corps principalement via le système endocannabinoïde (SEC). Ce système est composé d’endocannabinoïdes, de récepteurs (à la fois dans le système nerveux et dans tout le corps) et d’enzymes métaboliques, et il a été démontré qu’il participe à de nombreux processus physiologiques.

Le SEC joue un rôle dans des fonctions métaboliques telles que le stockage de l’énergie et le transport des nutriments. Certaines recherches suggèrent qu’il pourrait également être impliqué dans la gestion de la sensibilité à l’insuline.

Une étude publiée en 2008 dans le Journal of Neuroendocrinology a montré que le système endocannabinoïde peut stimuler des zones spécifiques du corps impliquées dans le métabolisme. Ces zones comprennent le tractus gastro-intestinal, les muscles squelettiques et le pancréas endocrinien, entre autres.

Le système endocannabinoïde le fait naturellement par l’intermédiaire de deux cannabinoïdes endogènes connus sous le nom d’anandamide (également appelée « molécule de la béatitude ») et de 2-AG (ou 2-arachidonoylglycérol). Ces composés interagissent avec deux types de récepteurs (CB1 et CB2), qui sont situés dans le cerveau, le tube digestif et d’autres parties du corps.

En stimulant les récepteurs de ces zones, le CBD peut ensuite aider à métaboliser les composés absorbés par les aliments pendant la digestion.

Toutefois, il est également important de réaliser que la surstimulation du système endocannabinoïde est liée à des effets indésirables, tels que l’augmentation des niveaux d’obésité abdominale, l’augmentation du stockage d’énergie dans les cellules graisseuses, et même de l’insulinorésistance.

En fait, une surstimulation de CB1 peut augmenter les risques de syndrome métabolique, une pathologie caractérisée par différents symptômes concomitants comme l’hypertension artérielle et l’hyperglycémie, un excès de graisse corporelle autour de la taille et du ventre, et des taux de cholestérol anormaux.

Le groupe de recherche sur les endocannabinoïdes, un groupe de chercheurs italiens, a établi ce lien et a également suggéré que les antagonistes potentiels des CB1 (comme le CBD) pourraient avoir un avenir dans le traitement des maladies métaboliques, comme le syndrome métabolique.

Il est également important de noter que les effets du SEC sur le métabolisme peuvent varier selon les cannabinoïdes utilisés pour stimuler le système. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée en 2012 par des chercheurs de la Pharmacy School de l’Université de Reading, au Royaume-Uni.

L’étude a révélé, par exemple, que le cannabidiol (CBD) et le cannabinol (CBN) ont des effets opposés sur les habitudes alimentaires des rats. Le CBN a stimulé l’appétit, a augmenté l’apport alimentaire et entraîné une prise de poids. En même temps, le CBD a diminué l’appétit et l’ingestion de nourriture, et a aidé à maigrir. Étonnamment, il a été démontré que les consommateurs de cannabis qui consomment des variétés riches en THC ont un indice de masse corporelle (IMC) inférieur à celui des non-consommateurs.

Le CBD et le métabolisme : une nouvelle frontière

Les recherches publiées à ce jour montrent que la CBD influence le métabolisme de diverses façons. Il est essentiel cependant de reconnaître que notre compréhension des cannabinoïdes, du système endocannabinoïde et de leur effet sur le métabolisme n’est pas encore assez étendue. De plus en plus d’études sont menées dans l’espoir que nos connaissances s’épanouiront et s’élargiront dans les années à venir.

 


Cibdol


Stay up to date. Subscribe to our newsletter.

Recherche de produits