Prévenir Les Maladies Non Transmissibles - La Pandémie De Notre éPoque

Publié:

Qu’est-ce qu’une maladie non transmissible (MNT) ?

MNT ou maladies non transmissibles n’est pas un terme que tout le monde connaît. Malheureusement, la réalité est que presque la totalité d’entre nous finira par connaître quelqu’un qui sera touché par une crise cardiaque, un cancer, de l’asthme ou un type de diabète. La MNT est une catégorie de maladie ayant lieu sur longue période de temps. En 2008, la population mondiale a connu 57 millions de décès, dont 36 millions été attribués aux MNT. La croissance de ce nombre est attendue comme continue.

Le pire ? C’est que les facteurs de risque abondent, même si leur élimination est en fait relativement simple. La consommation de tabac, l’inactivité physique, accompagné d’un mauvais régime alimentaire augmente drastiquement le nombre total de décès. Cependant, avec des changements mineurs, les décès dus au cancer et autre formes de maladies chroniques peuvent être réduits jusqu’à 40 %. Les statistique révélées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) soulignent tout ce que nous savons déjà même si ce contexte morbide est choquant. Un mode de vie définit par le confort et l’excès est mortel.

MNT - La pandémie de notre époque

chronic disease infographic

En plus des statistiques publiées par l’OMS, un éditorial exclusif fut publié concernant la manière dont les MNT sont devenus les plus grands tueurs de la planète. Longtemps, ce furent les maladies infectieuses qui causaient le plus grand nombre de morts dans le monde entier. Cependant, alors que la recherche et la médecine s’améliorent, notre capacité à traiter ces maladies dévastatrices en font de même. Les progrès du quotidien ont facilité la vie aux sociétés occidentales, mais une nouvelle cause de mortalité est venue prendre le dessus. L’expansion rapide des économies développées, conjuguée à la hausse des coûts des soins de santé, a permis à ces maladies chroniques de devenir alarmantes. 87 % des décès dans les économies établies sont le résultat de maladies non transmissibles. Ce n’est pas un problème exclusif à un pays en particulier. Cela nous concerne tous.

La portée de la question est absolument écrasante. En le décomposant en parties gérables, nous pouvons commencer à établir un plan d’action. Le tabagisme est le principal facteur de risque, les gouvernements et la société ont récemment déployé de nombreux efforts pour le combattre. Cependant, accompagnant le tabagisme, l’alimentation occidentale est le deuxième facteur le plus courant et c’est un problème bien trop connu. Heureusement, certaines régions du monde ont adopté un régime alimentaire qui leur permet non seulement de vivre plus longtemps, mais d’être en meilleure santé. Vous pouvez en lire plus à ce sujet  ici.

Notre mode de vie moderne

L’impact de notre mode de vie (les choix que l’on fait à propos de la manière de vivre notre vie) est significatif. Dans le cas des MNT, des choix de mode de vie insalubres sont les premiers facteurs contributifs. Afin de nous étendre sur ce point, la NCBI a souligné plusieurs manières dont certains modes de vie peuvent faire des dégats et avoir des répercussions sur de nombreuses zone de nos vies. L’OMS a également estimé que « 60 % des facteurs liés à la santé individuelle et à la qualité de vie sont dus au mode de vie. »

supermarket

Neuf contributeurs principaux ont été identifiés comme ayant l’impact le plus significatif sur notre santé, tant physiquement que mentalement. La liste est donc : régime, étude, application de la technologie moderne, sexe, toxicomanie, loisirs, abus de médicaments, exercice et sommeil. Dans la majorité des cas, plusieurs de ces segments peuvent facilement se chevaucher, aggravant encore plus les problèmes de santé potentiels. La difficulté est de pouvoir lutter contre toutes ces catégories en même temps. Ajoutez à cela un travail ou une famille, et la microgrestion de tous les aspects nécessaires à un mode de vie sain devient extrêmement compliquée. Au lieu de cela, nous devrions examiner la cause fondamentale de ces neuf facteurs et voir s’il existe un attribut corrélatif sur lequel nous pourrions nous concentrer.

Nous avons déjà couvert en détail l’impact négatif du stress. Cependant, lorsque l’on observe la cause principale des neufs facteurs ci-dessus, le stress fait une fois de plus son apparition. De ce fait, plutôt que d’essayer de tout gérer en même temps, se concentrer d’abord sur la gestion du stress serait plus naturel et plus bénéfique. En gardant nos niveaux de stress sous contrôle, adopter un mode de vie et des pratiques plus saines devient automatique.

On pourrait en dire de même pour les MNT. Soyons franc, les maladies non-transmissibles sont vastes. Essayer de faire la promotion d’un mode de vie qui barrerait la route à chacune serait impossible. À la place, concentrons-nous de nouveau sur les racines. L’inflammation chronique est extrêmement bien documentée comme étant le précurseur de plusieurs maladies catégorisées comme MNT.

L’inflammation chronique - un pas de plus à l’opposé des MNT

hourglasses

L’inflammation chronique (IC) se produit lorsque notre réponse inflammatoire ne parvient pas à se stopper, malgré le fait que l’infection initiale soit traitée. Si rien n’est fait, on considère que l’accumulation d’inflammation mène au diabète, à l’hypertension artérielle et aux maladies cardiaques. Tout se résume à faire le lien entre les conditions et à apporter des changements dans nos vies afin de prévenir de multiples facteurs de risque. Pour lutter contre l’IC, les changements nécessaires concernant nos habitudes quotidiennes sont moins importants que tous les ajustements nécessaires pour éviter les MNT. En réduisant la taille de l’ennemi, nos chances de le vaincre sont considérablement augmentées.

Toutes les routes mènent au même remède. Des modes de vie insalubres peuvent mener à l’IC, qui peut elle-même mener aux MNT. L’inflammation chronique est significativement plus facile à prévenir lorsque que de petits changements sont apportés à notre régime alimentaire et notre mode de vie. Cependant, l’impact bénéfique sur notre santé est loin d’être petit en comparaison, il est même franchement énorme.

De nouvelles études concernant le CBD mettent les projecteurs sur le contrôle des inflammations chroniques

Bien que le régime alimentaire en lui-même ne suffit pas à prévenir de l’IC, il est toujours bon d’être bien accompagné. Dans le cas présent, de nombreux articles et études pointent le CBD comme un anti-inflammatoire puissant et une part essentielle au combat contre les inflammations chroniques.

Il est important de noter que le reste de cet article sera constitué de citations tirées de chaque étude afin de mettre en évidence certains des progrès réalisés. Bien que les études ne soient pas totalement concluantes et ne représentent pas non plus le point de vue de Cibdol, chaque article est une indication du potentiel fantastique du CBD.

Les cannabinoïdes en tant que nouveaux remèdes contre les inflammations

Les chercheurs ont noté que « les cannabinoïdes suppriment la réponse inflammatoire et de ce fait, atténuent les symptômes des maladies », avant d’ajouter « les cannabinoïdes peuvent soit directement inhiber la croissance tumorale, soit supprimer l’inflammation et l’angiogenèse tumorale »

Prakash Nagarkatti, Rupal Pandey, Sadiye Amcaoglu Rieder, Venkatesh L Hegde, et Mitzi Nagarkatti

Auteur de la correspondance : Department of Pathology, Microbiology and Immunology, University of South Carolina, School of Medicine, Columbia, SC 29208, USA, [email protected]

Le système endocannabinoïde : un acteur clé dans l’inflammation 

Le résumé de cette recherche a découvert que « La complexité de ce que l’on peut appeler "l’endocannabinoïdome" nécessite des approches qui tiennent compte de sa dynamique et de ses interconnexions avec d’autres systèmes régulatoires. Cet endocannabinoïdome continue d’offrir des possibilités de prévention et d’intervention, mais les approches à cibles multiples fourniront probablement les seules clés du succès. »

Witkamp R1, Meijerink J.

Auteur de la correspondance : Wageningen University, Division of Human Nutrition, Wageningen, the Netherlands.

Le cannabidiol transdermique réduit les comportements liés à l’inflammation et à la douleur causés par l’arthrite chez le rat

Dans ce cas, les chercheurs ont découvert que « ces données indiquent qu’une application topique de CBD a un potentiel thérapeutique dans le soulagement de l’arthrite, des comportements liés aux douleurs, et des inflammations, cela sans effets secondaires évidents »

D.C. Hammell,1,a L.P. Zhang,2,a F. Ma,2 S.M. Abshire,2 S.L. McIlwrath,2 A.L. Stinchcomb,1. and K.N. Westlund 2.

Auteur de la correspondance : 1. Department of Pharmaceutical Sciences, University of Kentucky College of Pharmacy, Lexington, KY, 40536-0082, USA
2. Department of Physiology, University of Kentucky College of Medicine, Lexington, KY, 40536-0298, USA, [email protected]

Le cannabidiol protège les cellules progénitrices des oligodendrocytes de l’apoptose induite par l’inflammation en atténuant le stress du réticulum endoplasmique

Une autre étude a conclu que « le CBD protège les Oligo-proanthocyanidines des stimuli inflammatoires et de l’apoptose d’une manière indépendante aux récepteurs de cannabinoïde. »

M Mecha, A S Torrao, L Mestre, F J Carrillo-Salinas, R Mechoulam & C Guaza

Auteur de la correspondance : Cell Death & Disease volume3, pagee331 (2012).

Inscrivez-vous à notre newsletter et profiter d’une promotion de 10 % sur une commande

De quel produit ai-je besoin ?