Le CBD se transforme-t-il en THC à l’intérieur du corps humain ?

Publié:

Est-il possible que le CBD change et devienne du THC?

Malgré l’attention apportée à ce sujet, le fait d’examiner des études isolément ne permettra pas de tirer une conclusion objective. Pour comprendre s’il existe un risque réel de conversion du CBD en THC, nous devons examiner toutes les preuves qui ont été présentées. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé, un organisme mondial voué au bien-être de l’humanité, a rassemblé les informations pertinentes dans le cadre de sa révision complète du CBD.

Quelles sont les études qui étayent les deux côtés du débat?

Avant de passer en revue les résultats, il convient de définir les termes « in vivo » et « in vitro ». La première signifie que l’expérience a été réalisée à l’intérieur d’une entité biologique entière. Il peut s’agir d’animaux, d’humains ou de plantes. In vitro, au contraire, des tests ont été effectués sur des cellules ou tissus isolés qui ont été prélevés d’une entité biologique.

Ces deux termes jouent un rôle crucial dans notre compréhension des données présentées. Le concept de la conversion du CBD en THC provient principalement d’études réalisées in vitro en dehors d’un corps vivant.

Études menées in vitro

Actuellement, deux études suggèrent que le CBD pourrait se convertir en THC. Le premier liquide gastrique simulé utilisé, manquant de pepsine, pour reproduire les conditions que le CBD rencontrerait lors d’une ingestion par voie orale. Les chercheurs ont constaté que le delta-9-THC était présent à un taux de conversion de 2,9 % (CBD:THC).

Une étude similaire a été réalisée à l’Université de Californie en partenariat avec Zynerba Pharmaceuticals. Le CBD y a été exposé au liquide gastrique sans enzymes pendant trois heures. Les résultats ont montré qu’après 120 minutes, 98 % du CBD s’était dégradé. La plus grande partie de ce qui restait était le delta-9-THC et le delta-8-THC. L’échantillon final a été analysé par chromatographie et spectrométrie de masse pour en assurer la précision.

Bien que les résultats des deux études semblent concluants, le CBD exposé au liquide gastrique simulé ne reproduit pas tout le processus à l’intérieur du corps humain. En réalité, nos acides gastriques contiennent également de la pepsine et diverses enzymes, dont chacune est susceptible d’altérer la vitesse de dégradation et les composés finaux laissés derrière. Un commentaire de suivi a également été publié, suggérant les implications potentielles de la conversion du CBD.

Intitulée « Conversion du Cannabidiol après une administration orale », elle implique que la conversion du CBD est un processus exclusif, ne se produisant que lorsque le CBD est ingéré par voie orale. Le rapport propose également que les résultats d’études in vivo antérieures pourraient indiquer que de minuscules concentrations de THC pourraient produire des effets secondaires psychologiques chez les humains.

Le problème de ce commentaire c’est qu’il n’est pas impartial, comme Zynerba Pharmaceuticals l’a soutenu. La société met actuellement au point un gel transdermique au CBD, et tout résultat montrant des effets indésirables à l’ingestion orale de CBD s’avérerait bénéfique pour eux.

Études réalisées in vivo

Après avoir examiné les études in vitro, nous pouvons maintenant explorer les résultats des tests effectués sur des organismes vivants.

Plus récemment, GW Pharmaceuticals a effectué un examen des concentrations gastriques et plasmatiques de cannabinoïdes chez les cochons nains. Le principe de l’étude était le même que celui des études in vitro, c’est-à-dire déterminer si le CBD se transforme en THC lorsqu’il est digéré. Cette fois, les résultats ont montré que malgré l’administration de 15 mg/kg/jour à des sujets pendant cinq jours, rien n’indiquait la présence de THC dans les échantillons de plasma prélevés.

La dose de CBD utilisée était significativement plus élevée que dans les études précédentes ; elle est aussi significativement plus élevée que celle que la plupart des consommateurs humains auraient dû ingérer. La dose équivalente chez l’humain serait d’environ 1 000 mg par jour, bien au-delà de la dose recommandée de quelques gouttes par jour. En utilisant à la fois une dose excessive et des cochons nains comme sujets d’essai, les résultats peuvent être considérés comme plus probants.

Les cochons nains sont favorisés pour les études portant sur le tractus gastro-intestinal parce qu’ils partagent une plus grande similarité avec les humains que les rats. En simulant la consommation de CBD et en surveillant l’ensemble du processus digestif, les résultats sont mieux alignés sur les implications de l’utilisation du CBD chez les humains. Toutefois, il convient également de noter que, encore une fois, cette étude n’est pas entièrement impartiale. GW Pharmaceuticals développe actuellement des produits oraux à base de CBD.

Toutefois, les résultats de GW Pharmaceuticals vont de pair avec des études distinctes, non affiliées, portant sur des patients humains. Un document publié sur NCBI a trouvé qu’ « aucun delta-1-THC plasmatique, le principal cannabinoïde psychoactif de la marijuana, n’a été détecté » chez les patients atteints de la maladie de Huntington. C’était après qu’on leur ait donné une dose quotidienne de CBD. En outre, un examen complet a été réalisé en 2017 : « malgré des recherches intensives, nous n’avons pas non plus connaissance de conversions in vivo du CBD en THC ».

Sur la base des éléments de preuve fournis, l’OMS est parvenue à une conclusion définitive

Bien que le tableau d’ensemble de la conversion du CBD en THC puisse sembler compliqué, la majorité des études réalisées sur des organismes vivants n’ont montré aucun signe de cette conversion. Il est vrai qu’il existe des domaines d’investigations des deux côtés, et plusieurs documents sont publiés sous la direction de sociétés pharmaceutiques. Toutefois, après avoir examiné ces résultats en même temps que des recherches plus concluantes, l’OMS est parvenue à un verdict final.

« Dans l’ensemble, rien ne prouve que cette transformation se produise chez l’homme après l’administration orale de CBD ». Ils ajoutent également qu’ « il n’existe aucune preuve que l’administration orale de CBD chez l’homme entraîne des effets cliniquement pertinents de type THC ».

Jusqu’à ce que de nouvelles études soient mises à jour ou que des recherches plus poussées soient menées, nous pouvons supposer sans risque que le CBD ne se transforme pas en THC lorsqu’il est consommé et traité par le système digestif humain.

Restez à jour. Inscrivez-vous pour connaître les nouveautés

De quel produit ai-je besoin ?