carence clinique en endocannabinoïdes

Qu’est-ce que la carence clinique en endocannabinoïdes (CECD)?

Le système endocannabinoïde existe afin de surveiller différents systèmes biologiques vitaux de notre corps. Son premier rôle est d’aider à rétablir l’équilibre du corps humain et à le maintenir dans un état optimal. Certains chercheurs pensent qu’un système endocannabinoïde défectueux pourrait être la cause sous-jacente de troubles médicaux comme les migraines, la fibromyalgie et le syndrome du côlon irritable. Bien que le concept ne soit pas unanimement accepté par le corps médical, il existe un volume croissant de recherches appuyant cette théorie.

La carence en endocannabinoïdes commence avec le système endocannabinoïde

Avant de passer en revue les recherches sur la carence clinique en endocannabinoïdes (CECD), il est utile de récapituler le rôle du SEC et de ses éléments de base. Dans l’ensemble de notre système immunitaire et de notre système nerveux central, les principaux organes et certaines parties de notre cerveau sont des récepteurs. Ces récepteurs se divisent généralement en deux catégories, CB1 et CB2. Leur rôle est de servir de points d’accès aux cannabinoïdes (internes et externes) pour interagir avec le SEC. Cela permet au système endocannabinoïde d’aider l’organisme à maintenir l’homéostasie par diverses réactions chimiques. Vous pouvez en savoir plus sur le rôle du système endocannabinoïde, ici.

La carence en endocannabinoïdes est l’idée que des maladies peuvent survenir à la suite de problèmes avec le SEC. Cela peut être dû soit à un manque d’endocannabinoïdes produits par l’organisme, soit à des récepteurs manquants ou défectueux. Si l’organisme n’est pas capable de maintenir l’équilibre de ses systèmes physiologiques, des maladies peuvent survenir. Dans les cas étudiés jusqu’à présent, ces maladies sont généralement liées à notre système immunitaire.

carence en endocannabinoïde

Quelles sont les recherches qui appuient la théorie de la « carence en endocannabinoïde » ?

Le Dr Ethan Russo, éminent chercheur sur les cannabinoïdes, a d’abord proposé le concept de carence en endocannabinoïde. Dans une étude publiée en 2004, le Dr Russo suggère que le manque de cannabinoïdes pourrait être la cause sous-jacente de plusieurs maladies.

• Migraine

La migraine est une pathologie très complexe qui implique une communication entre différentes régions du cerveau et plusieurs substances neurochimiques. La cause exacte des migraines n’est pas entièrement comprise, bien que la prédisposition génétique soit considérée comme un facteur déterminant à son développement. L’examen du Dr Russo a révélé des exemples d’AEA (anandamide) impliqués dans la production de sérotonine et la modulation de la douleur. On pense que des taux élevés de sérotonine contribuent aux migraines, ce qui pourrait être contrebalancé par des concentrations plus élevées d’AEA. On présume qu’une carence dans la production d’anandamide pourrait contribuer à des migraines en raison d’un manque de régulation de la sérotonine.

• Fibromyalgie

La fibromyalgie est une maladie chronique à long terme qui peut causer des douleurs constantes. Il n’existe actuellement aucun remède contre cette maladie et, jusqu’à présent, la médecine traditionnelle n’a réussi qu’à en atténuer les symptômes. Les recherches rassemblées par le Dr Russo suggèrent que « le système endocannabinoïde régule les seuils nociceptifs ». Les nocicepteurs sont responsables de la détection de la douleur et de la transmission du signal au cerveau.

L’étude ajoute que l’absence d’une telle réglementation pourrait contribuer à l’apparition de douleurs chroniques. Tout comme les résultats des études sur la migraine, la sérotonine a de nouveau été considérée comme une cause importante de fibromyalgie, tout comme divers cannabinoïdes. Les résultats de l’étude ont révélé que « les cannabinoïdes ont démontré une capacité à bloquer les mécanismes spinaux, périphériques et gastro-intestinaux qui favorisent la douleur ».

• Syndrome du côlon irritable

Le SCI ou syndrome du côlon irritable était la dernière pathologie considérée comme étant affectée par une carence en endocannabinoïdes dans le cadre de l’étude du Dr Russo. L’implication des cannabinoïdes dans l’apparition du syndrome du côlon irritable a été considérée comme étant du même ordre que la migraine et la fibromyalgie. On pensait que la sérotonine jouait un rôle, car il a été démontré que les personnes atteintes du SCI présentaient des taux de sérotonine plus élevés dans leur sang. Toutefois, ce n’était pas le cas pour toutes les formes de SCI.

Ces trois pathologies appuient l’hypothèse que la sérotonine joue un rôle crucial dans leur développement. Par conséquent, en contrôlant ou en manipulant les taux de sérotonine, il serait possible de mettre au point des traitements. Les cannabinoïdes constitueraient naturellement un élément clé de ce traitement en raison de leur influence sur les endocannabinoïdes critiques comme l’anandamide.

Le Dr Russo a conclu que « la déficience endocannabinoïde clinique sous-jacente peut être traitée de façon appropriée avec des médicaments cannabinoïdes ». L’étude a également permis de préciser qu’il fallait mener beaucoup plus de recherches pour bien comprendre le concept de déficience en endocannabinoïdes.

Comment le CBD pourrait-il aider à lutter contre la déficience endocannabinoïdes ?

Bien que la théorie de la carence en endocannabinoïde puisse être fondée sur des études scientifiques, aucune d’entre elles ne précise comment la maladie (si elle s’avère légitime) pourrait être traitée. Le rôle exact que les cannabinoïdes joueraient n’a pas encore été déterminé. D’après les recherches actuelles, il y a certaines hypothèses que nous pouvons faire, en s’appuyant sur l’idée que la production d’anandamide est fondamentale pour réduire les maladies à base de la CECD.

Dans le cas du CBD, il a démontré sa capacité à inhiber l’enzyme FAAH. L’hydrolase des acides gras amide (FAAH) favorise la dégradation de l’anandamide et explique en partie pourquoi l’AEA ne reste pas dans le corps longtemps. Si des mécanismes ou des déclencheurs spécifiques pouvaient être identifiés, il est alors possible que le CBD puisse soutenir le traitement dans les conditions décrites ci-dessus. On a également constaté que le CBD affecte directement les récepteurs spécifiques de la sérotonine (5-HT1A) dans le cerveau.

Les implications, si elles sont prouvées, sont importantes, mais d’autres recherches sont nécessaires

Bien que le concept de carence en endocannabinoïdes ait été envisagé pour la première fois en 2004, la recherche sur le sujet fait toujours défaut. Les caractéristiques de chaque pathologie semblent indiquer un lien sous-jacent entre la migraine, la fibromyalgie et le syndrome du côlon irritable. Les données présentées par le Dr Russo font état d’une complication des systèmes de neurotransmetteurs spécifiques auxquels le SEC est lié. Depuis l’étude initiale, la théorie s’est élargie pour inclure la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson, deux pathologies potentiellement liées à la CECD.

Si l’existence de la CECD était prouvée, il permettrait aux chercheurs de développer des thérapies ciblées, plutôt que de s’appuyer sur les informations issues de plusieurs études précliniques. Bien qu’une tendance puisse se dessiner, le fait de s’appuyer sur des études individuelles pose de nombreux problèmes. Chaque étude possède ses propres variables uniques, ce qui rend l’identification des résultats concluants incroyablement difficile. La complexité du système endocannabinoïde et les centaines de cannabinoïdes qui existent font de l’étude de la CECD une lourde tâche qui exige une concentration à grande échelle. Pour les millions de personnes vivant avec une maladie chronique comme le SCI ou la fibromyalgie, un traitement possible avec des cannabinoïdes pourrait faire partie d’une solution. Mais pour l’instant, nous devrons attendre des résultats plus définitifs.

De quel produit ai-je besoin ?