Peut-on développer une accoutumance au CBD ?

La plupart des personnes qui prennent du cannabidiol entendent dire qu'une dose régulière et répétée est la clef pour obtenir les bons résultats. Mais serait-il possible qu'une consommation de CBD si régulière provoque le développement d'une accoutumance et nécessite donc une dose toujours plus forte ? Dans cet article, nous regardons s'il est possible de développer une accoutumance au CBD.

Comprendre l'accoutumance aux cannabinoïdes

Il est possible de développer une accoutumance à certains cannabinoïdes, comme le THC. Le THC est le principal composé psychotrope du cannabis et il exerce ses effets en se liant aux récepteurs CB1. Ces récepteurs agissent tels que petites serrures qui sont conçues pour être ouvertes par des endocannabinoïdes comme l'anandamide et le 2-AG, mais certains cannabinoïdes végétaux à la structure similaire (comme le THC) peuvent aussi directement s'y lier.

Quand le THC se lie à ces récepteurs, il peut imiter les endocannabinoïdes et pousser le système endocannabinoïde à se réguler à la baisse afin d'éviter la suractivité. Le SEC se régule à la baisse en produisant moins d'endocannabinoïdes et moins de récepteurs endocannabinoïdes.

En résultat, ceux qui consomment régulièrement ces cannabinoïdes peuvent trouver qu'ils ont besoin de doses toujours plus fortes afin d'obtenir les mêmes effets. Cela peut également affecter la capacité du système endocannabinoïde à apprendre et à s'adapter à des facteurs comme le stress, car il est devenu trop dépendant au THC.

Et pour le CBD ? Peut-il provoquer une accoutumance ?

Le CBD est très différent des autres cannabinoïdes et nous sommes encore loin de comprendre totalement ce composé et ses actions dans le corps. Ce que l'on sait, cependant, c'est qu'il ne se lie pas aux récepteurs cannabinoïdes de la même manière que le THC. À la place, il agit via de nombreuses autres voies chimiques. Certaines ressources suggèrent que le CBD peut activer plus de 60 voies moléculaires différentes dans le corps.

Jusqu'ici, les études indiquent que le CBD peut affecter les récepteurs à sérotonine, les récepteurs vanilloïdes, les récepteurs GABA, les récepteurs gamma et bien d'autres. D'autres études montrent que le CBD peut inhiber un processus connu sous le nom de recapture et donc augmenter temporairement la quantité de certains composés chimiques dans le cerveau, comme la sérotonine et l'anandamide.

Alors que le CBD ne se lie pas aux récepteurs endocannabinoïdes, il peut toujours agir avec eux indirectement. Par exemple, des études ont montré qu'il pouvait agir comme agoniste inverse des récepteurs CB1. Néanmoins, il n'existe actuellement pas de recherches affirmant que le CBD provoque une accoutumance chez les consommateurs. En revanche, il est largement considéré comme étant un composé sûr et non-toxique qui est très bien toléré. Une étude de 2011 publiée dans le journal Current Drug Safety a déclaré que les essais humains testant différentes doses de CBD n'avaient provoqué aucun effet secondaire ni accoutumance.

Qu'est-ce que l'accoutumance inversée ?

En fait, certaines recherches suggèrent que le CBD pourrait entraîner une accoutumance inversée. Au contraire du THC, qui endosse le rôle des endocannabinoïdes et qui peut réguler à la baisse le système endocannabinoïde, le CBD peut augmenter les niveaux d'endocannabinoïdes (par exemple en inhibant la recapture). Donc, avec le temps, les consommateurs pourraient avoir besoin de doses plus faibles de CBD pour obtenir le même résultat. Mais ce n'est actuellement qu'une théorie.

Malheureusement, notre compréhension du CBD et du système endocannabinoïde est loin d'être complète. Il reste encore beaucoup de recherches à mener avant de pouvoir commencer à établir des vérités concrètes sur le CBD et son mode d'action dans le corps. Cependant, la recherche actuelle montre que le CBD ne provoque pas d'accoutumance comme le peuvent d'autres cannabinoïdes.

De quel produit ai-je besoin ?