Cannabis médical et MICI : que dit la recherche ?

Publié:

Vivre avec une MICI

Avec un impact significatif sur la vie des malades, ceux qui vivent avec une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI) savent qu'il n'existe aucun remède contre la maladie, du moins pour l'instant. Réparties en deux types de maladies, la maladie de Crohn et la colite ulcérative peuvent provoquer un intense inconfort, des diarrhées, de la fatigue et une perte de poids non désirée. On s'attend désormais à ce que les deux maladies affectent des millions de personnes dans le monde entier, les diagnostics étant en augmentation même dans les pays développés.

CBD and IBD

L'impact des MICI n'est pas juste réservé au physique. Mentalement, les personnes touchées se sentent isolées et seules, car les symptômes peuvent les empêcher de socialiser librement et de vaquer à leurs occupations quotidiennes. Malheureusement, un des segments démographiques les plus impactés sont les adolescents et les enfants. Environ un quart des malades diagnostiqués avec une MICI ont moins de vingt ans.

Étant donné l'absence de remède pour la maladie, pour gérer les MICI, il s'agit surtout de réduire la fréquence et la gravité des symptômes. Des tentatives plus ou moins réussies. Les professionnels de santé n'ont pas tous accès aux éléments et recherches nécessaires pour donner des conseils sur des traitements holistiques là où les médicaments traditionnels échouent.

Le système endocannabinoïde et les MICI

Un domaine d'étude qui semble particulièrement prometteur est l'utilisation du cannabis médical dans le traitement des MICI. Actuellement, les traitements utilisent des médicaments conçus pour ralentir ou réduire la réaction du système immunitaire. Même si cela peut fonctionner, ils s'accompagnent d'effets secondaires significatifs. Par comparaison, les effets secondaires associés au cannabis médical sont généralement bien tolérés et moins graves que ceux des médications pharmaceutiques.

Le lien entre la maladie de Crohn, la colite ulcérative et le cannabis médical est particulièrement complexe. Des témoignages anecdotiques soutiennent depuis longtemps l'idée que le cannabis soulage les symptômes des MICI. Cependant, au moment où plusieurs études de cas ont vu le jour, notre compréhension des mécanismes en place était lacunaire. Nous ne connaissions pas encore les complexités du système endocannabinoïde.

Depuis, plusieurs études ont été réalisées en utilisant des rats pour comprendre le lien entre notre SEC et les MICI. La colite ulcérative provoque une intense inflammation dans le côlon. Le Journal of Clinical Investigation a découvert que notre « système cannabinoïde endogène protège contre l'inflammation du côlon ». Les auteurs ont conclu que le SEC était intrinsèquement lié aux processus biologiques en place lors d'une inflammation dans le côlon. En modulant une réponse à partir du système endocannabinoïde, l'irritation musculaire due à l'inflammation a été réduite.

CBD and IBD

Une autre étude a également soutenu l'idée que notre SEC jouait un rôle dans nos fonctions gastro-intestinales. Les résultats ont découvert que l'endocannabinoïde anandamide (AEA) pouvait être utilisé pour protéger les intestins de l'inflammation. Les chercheurs ont cependant reconnu que « même si les résultats étaient prometteurs, d'autres études sont nécessaires pour déterminer le rôle des voies cannabinoïdes dans l'inflammation de l'intestin ».

Le cannabis contre les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

Avec le soutien de témoignages anecdotiques croissants et les découvertes préliminaires d'études basées sur des rats, les chercheurs ont la motivation et la base théorique nécessaires pour explorer l'impact du cannabis médical sur les MICI dans la physiologie humaine.

L'Institute of Gastroenterology and Hepatology du Meir Medical Center en Israël a réalisé une analyse des études sur les MICI et le cannabis médical afin d'identifier toute corrélation entre les résultats. Israël est à la pointe de la recherche sur le cannabis médical, comme certains des plus grands esprits scientifiques au monde cherchent à libérer le potentiel des cannabinoïdes et de notre système endocannabinoïde. 

L'analyse concernait trois études séparées. La première était une étude d'observation utilisant 30 malades tous diagnostiqués avec la maladie de Crohn (MC). Il a été découvert que le cannabis affichait des « améliorations dans l'activité de la maladie » et « une réduction dans la consommation des autres médicaments ».

La seconde étude a découvert que 10 des 11 malades consommant du cannabis avaient connu une réduction dans l'activité de la MC. Dans le groupe contrôlé par placebo, seuls 4 des 10 patients avaient connu une telle réduction. De manière encourageante, les résultats ont également montré que 5 des 11 patients dans le groupe de contrôle du cannabis sont entrés en rémission totale.

La dernière étude utilisée comme référence se concentrait exclusivement sur l'efficacité du cannabinoïde CBD. Même si les résultats n'étaient pas aussi favorables en comparaison du cannabis médical, l'importance du CBD ne doit pas être sous-estimée.

CBD and IBD

Le CBD et les MICI

Le CBD est apprécié comme traitement thérapeutique en raison de sa toxicité incroyablement faible. Il a été découvert qu'une dose allant jusqu'à 500 mg ne provoquait aucun effet secondaire nocif. 20 participants, tous diagnostiqués avec la maladie de Crohn, ont reçu soit de l'huile d'olive au CBD, soit juste de l'huile d'olive. On a demandé à chaque groupe de prendre 5 mg deux fois par jour pendant huit semaines. Après l'essai de huit semaines, il a été découvert que le CBD était sans danger, mais peu efficace pour réduire les symptômes de la MC.

Est-ce que cela signifie qu'il faut se désintéresser totalement du CBD ? Pas nécessairement. Le dosage utilisé dans cette étude en particulier est incroyablement faible, en particulier en comparaison de la limite de 500 mg. Ce que cette recherche suggère, c'est que le dosage est un facteur important pour analyser le lien entre les cannabinoïdes et les MICI. Les chercheurs du Meir Medical Center ont également reconnu ce fait important. Ils ont conclu que des études ultérieures étaient nécessaires pour établir les cannabinoïdes spécifiques et la dose optimale pour « maximiser les effets bénéfiques ».

De la même manière que nous ne savons pas ce qui provoque le développement des MICI, nous ne connaissons pas toute l'étendue du potentiel des cannabinoïdes, de notre SEC et de leur aide au traitement des MICI. Le défi implique de rassembler les éléments qui ont déjà été prouvés, tout en isolant chaque variable, jusqu'à arriver à une conclusion définitive.

Restez à jour. Inscrivez-vous pour connaître les nouveautés

De quel produit ai-je besoin ?