Qu’est-ce que dit la science sur le CBDV ?

Publié:

Qu’est-ce que la cannabidivarine (CBDV)?

Avec un nom très similaire, l’hypothèse normale serait que le CBDV est le même que son jumeau cannabinoïde, le CBD. Dans l’ensemble, cette hypothèse est correcte. Au niveau moléculaire, la structure chimique du CBDV ressemble à celle du CBD. Cependant, si nous faisons quelques pas en arrière par les voies de biosynthèse (les réactions qui créent différents cannabinoïdes), nous pouvons commencer à identifier certaines des principales caractéristiques que présente le CBDV.

Nous devons faire environ deux pas en arrière depuis le CBDV pour comprendre un peu plus comment il est créé. L’un des cannabinoïdes fondateurs, le CBGVA, réagit à la présence de l’enzyme CBDA pour devenir CBDVA. Bien que proches, nous devons encore éliminer les composés acides pour créer un cannabinoïde plus concentré et plus stable. Une fois que nous appliquons de la chaleur au CBDVA, nous nous retrouvons avec le composé en question, le CBDV. Le cannabinoïde a attiré l’attention du monde pharmaceutique, malgré le fait qu’il a fallu un certain temps aux scientifiques pour déchiffrer comment le CBDV est créé.

Qu’est-ce qui rend le CBDV différent?

La principale raison de l’intérêt pour la cannabidivarine tient à la façon dont elle interagit avec l’organisme. Les deux cannabinoïdes les plus importants, le CBD et le THC, provoquent tous deux une réaction en raison de la façon dont ils stimulent notre système endocannabinoïde (SEC). Plus précisément, ils se lient aux/déclenchent les récepteurs CB1 et CB2 présents dans tout l’organisme, qui sont liés au SEC. Le CBDV est unique, car il ne provoque pas de réaction de l’un ou l’autre type de récepteur CB. Le secret du potentiel thérapeutique du CBDV réside plutôt dans la façon dont il peut activer ou désensibiliser nos canaux de potentiel récepteur transitoire (canaux TRP).

Que sont les canaux TRP?

Une façon simple de visualiser les canaux TRP est de les considérer comme des jauges sur une voiture. Si votre corps est la voiture, alors les différentes parties du moteur sont vos cellules. Nos canaux TRP agissent comme des jauges conçues pour surveiller diverses sensations dans les plasmocytes. Tout comme dans le cas d’une voiture, si les canaux TRP pivotent vers les extrémités de la jauge, des problèmes peuvent survenir. Une voiture tomberait en panne si le thermomètre atteignait des températures excessives, ou commencerait à mal fonctionner si la jauge de pression fluctuait. Des règles similaires s’appliquent aux canaux TRP, car les cellules les utilisent pour décider de l’action à entreprendre lorsqu’elles ressentent des sensations comme de la douleur, de la température, et de la pression.

Ne laissez pas le nom compliqué de ces canaux vous décourager. Ils jouent un rôle très important dans les coulisses. Sans eux, le corps humain ne pourrait pas mesurer avec précision plusieurs sensations. Les canaux TRP sont également classés par familles en fonction des plasmocytes qu’ils contiennent. Vous vous demandez peut-être ce que les canaux TRP ont à voir avec le cannabinoïde CBDV ; eh bien, vous vous souvenez comment les canaux modèrent les sensations dans les cellules ?

Le lien entre les canaux TRP et l’épilepsie

Une famille spécifique de canaux TRP (TRPV1) est liée à l’apparition de plusieurs types d’épilepsie. Lorsque la jauge TRPV1 est surexcitée, elle envoie trop de signaux aux cellules, un exemple de mécanisme d’action. L’hyperexcitabilité de ces canaux spécifiques contribue à l’activité épileptique et aux crises. C’est ici que CBDV intervient. Des études préliminaires ont montré que les doses mesurées de CBDV peuvent désensibiliser les canaux TRPV1, montrant ainsi une action antiépileptique. Le CBDV peut calmer les canaux, rétablir l’équilibre et empêcher le déclenchement d’un bombardement de signaux.

Avec des canaux TRP présents dans tout le corps, leur médiation s’avère d’une importance vitale. Le rétablissement de l’équilibre, ou homéostasie, est un processus naturel pour le corps humain. Des systèmes biologiques équilibrés peuvent prévenir l’apparition de nombreuses pathologies dommageables. Dans le cas des canaux TRP, des mutations ont été liées à des troubles neurodégénératifs. Cela rend le rôle de la recherche sur le CBDV primordiale, car le cannabinoïde peut avoir un autre impact bénéfique dans tout le corps.

Le lien entre le CBDV et le 2-AG

Le deuxième attribut important du CBDV est sa capacité à affecter la production de 2-arachidonoylglycérol (2-AG), l’un des endocannabinoïdes de notre corps. C’est également une caractéristique qui la distingue encore davantage des capacités du CBD. En empêchant la création de l’enzyme diacylglycérol lipase, l’organisme est incapable de synthétiser le 2-AG comme il le ferait habituellement. Bien que les implications cliniques de la capacité du CBDV à inhiber le 2-AG ne soient pas connues, cela n’empêche pas le CBDV de remplir ses fonctions antiépileptiques.

Amélioration de l’absorption des cannabinoïdes

Toutes les utilisations potentielles du CBDV semblent fantastiques, mais il y a une mouche dans la soupe. Le CBDV a une très faible solubilité dans l’eau, ce qui signifie qu’il n’est pas facilement absorbé par l’organisme et qu’il est souvent détruit par les enzymes digestives avant de pouvoir agir. Si vous prenez du CBDV par voie orale, généralement moins de 6 % passent dans votre circulation sanguine. Cela représente un défi de taille pour les entreprises pharmaceutiques. L’efficacité réelle du CBDV pourrait faire défaut non pas en raison de ses propres capacités, mais parce que le corps ne peut pas l’absorber correctement.

Heureusement, il existe une solution à ce problème, sous forme de liposomes. Ce sont de minuscules protecteurs sphériques composés de phospholipides. Ces phospholipides agissent en couches pour délivrer des médicaments pharmaceutiques à une dose plus concentrée. En plaçant un composé actif à l’intérieur d’un liposome, le produit chimique est protégé pendant qu’il est traité par les enzymes digestives de l’organisme. Dans le cas du CBDV, la solubilité dans l’eau peut être annulée en protégeant le composé dans des liposomes. La même approche peut également être appliquée à d’autres cannabinoïdes, améliorant ainsi leur puissance (biodisponibilité) et leur efficacité.

Le futur du CBDV

À l’heure actuelle, ce que nous savons sur le CBDV est très limité. Toutefois, ce que nous avons découvert pourrait être d’une importance cruciale dans le traitement de plusieurs pathologies. Heureusement, il s’agit là d’un point de vue partagé par les sociétés pharmaceutiques, car le cannabinoïde gagne rapidement du terrain dans les milieux universitaires. Avec de nouvelles études à l’horizon, ce ne devrait être qu’une question de temps avant que nous commencions à comprendre les véritables capacités du CBDV.

Restez à jour. Inscrivez-vous pour connaître les nouveautés

De quel produit ai-je besoin ?