Le CBD Est-Il Utile Contre Les Addictions ?

Publié:

LE CBD, LE SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE ET L’ADDICTION

Le système endocannabinoïde (SEC) a été découvert il y a presque 30 ans et les études sur son fonctionnement ne font que commencer. Bien que reculant doucement, la prohibition du cannabis a sérieusement entravé la recherche clinique. Le cannabis étant l’unique source de phytocannabinoïdes, le processus d’approvisionnement en matière d’études a donc été frustrant et conduit dans l’illégalité.

Les études cliniques portant sur les effets du CBD sont plus simples, car il peut provenir de chanvre biologique. Le chanvre possède très peu de ce composant de la même catégorie que le THC, et il se cultive mieux sans déclencher l’hystérie habituelle qui entoure la marijuana.

Le système endocannabinoïde est d’un intérêt significatif pour la médecine. Il a été prouvé comme étant un système primaire dans la maintenance de l’homéostasie. Les récepteurs de cannabinoïdes sont connus pour exister dans de multiples régions du corps, à savoir le cerveau et le système nerveux, le système immunitaire, les muscles lisses de l’intestin, tous possèdent des récepteurs CB1 et CB2.

Les récepteurs CB1 se trouvent en grande concentration dans le cerveau et le système nerveux. Le système endocannabinoïde a été observé comme interagissant dans la neurogenèse. Il a été observé que le système endocannabinoïde interagissait dans la neurogenèse de l’hippocampe et dans l’induction de la dépression synaptique. Les récepteurs CB2 se trouvent plutôt dans le système immunitaire et dans les intestins. Les endocannabinoïdes sont impliqués dans les réponses immunitaires, les réponses au stress, la régulation de l’appétit et la thermorégulation.

Il existe des preuves que le CBD pourrait également affecter d’autres récepteurs. Les récepteurs de sérotonine et de protéine G sont également activés par le CBD. Ce sont les composants du bonheur qui apportent des sensations de bien-être. De manière similaire, on trouve des interactions positives dans des régions du corps où l’on ne trouve pas de récepteurs de cannabinoïdes, du moins pas de connu.

LE CBD EN TANT QUE TRAITEMENT CONTRE LES ADDICTIONS

Le corps de recherche sur le CBD et l’addiction est limité. Cependant, les résultats positifs, montrés par des études antérieures devraient impliquer de nouvelles recherches. Des preuves solides provenant de tests sur des rongeurs suggèrent des bienfaits cliniques dans la consommation de CBD dans la lutte contre des addictions à un certain nombre de substances.

LE TABAC

La nicotine est un stimulant addictif psychoactif présent dans le tabac. Elle le devient encore plus quand elle est sujette aux procédés industriels qui fabriquent les cigarettes d’aujourd’hui. Des tests aléatoires portés sur des humains volontaires ont montré une réduction de 40 % de la consommation de cigarettes par des sujets utilisant des inhalateurs de CBD. Les sujets testés ayant reçu un placebo n’ont quant à eux pas réduit leur consommation de cigarette sur la même période.

Le mécanisme d’enzymes dans le cerveau qui atténue les symptômes de sevrage de la nicotine est affecté par le SEC. Des enquêtes antérieures suggèrent que ces mécanismes sont dépendants des récepteurs CB1. Le CBD facilite la production d’enzymes, qui sont des agents très prometteurs dans le traitement de l’addiction à la nicotine chez les humains.

LES OPIACÉS

L’addiction aux opiacés est un fléau dans le monde occidental et a atteint un point critique dans beaucoup d’États américains. La plupart de l’Europe et de l’Australie fait face à la même épidémie. Beaucoup de gens accrocs aux opiacés présents dans les antidouleurs se tournent bien souvent vers l’héroïne ou d’autres opiacés de rue afin de satisfaire leurs addictions.

Dans le monde complexe des sciences biologiques, des tests récents menés sur des rongeurs ont montré que les cannabinoïdes pouvaient avoir un effet sur la manière dont le corps réagissait aux opiacés. En premier lieu, ils atténuent les effets des opiacés dans les récepteurs cérébraux.

En second lieu, il semble y avoir moins d’enclin vers une rechute après sevrage. La fonction motrice n’est pas impactée et le besoin d’opiacés est inhibé jusqu’à deux semaines. Les bienfaits de nombre de ces tests ont été amplifiés lorsque combinés au THC.

LE THC

Il existe peu de documentation sur les effets du CBD envers la dépendance au THC. On trouve des preuves anecdotiques montrant que le CBD peut atténuer les sensations de fringale lors du sevrage du THC. D’autres preuves anecdotiques suggèrent que le CBD a des effets positifs après la phase de sevrage et qu’il aide contre la rechute.

Les effets de la marijuana et du THC sont modifiés lors de la prise de CBD. Beaucoup de patients médicaux consomment du cannabis à haute teneur en CBD pour de nombreuses raisons. Principalement pour les effets thérapeutiques des composés en eux-mêmes. De plus, le CBD peut inhiber le « high » du THC, réduisant ainsi les risques d’anxiété en tant qu’effets secondaires.

L’ALCOOL

L’alcool peut certainement être agréable. Mais sur le long-terme, il se révèle comme étant une vraie toxine ayant un impact négatif sur de nombreuses fonctions corporelles. La consommation rapide et excessive d’alcool, ainsi que l’alcoolisme peuvent avoir de sévères impacts sur l’hippocampe et le cortex enthorinal en particulier. Les déficiences comportementales et cognitives causées par l’abus d’alcool peuvent contribuer au taux de rechute chronique des alcooliques.

Le CBD a été montré comme réduisant le stress oxydatif et la toxicité du glutamate et comme agissant en tant que neuroprotecteur. Ces vertus neuroprotectrices ont inhibé l’hippocampe et la dégradation entorhinal durant l’administration massive et rapide d’éthanol sur des rongeurs. La modification des comportements est le premier pas vers le traitement de l’alcoolisme.

Lors d’essais sur l’homme, le CBD a été testé afin de déterminer ses effets sur la toxicité de l’alcool. De l’alcool a été donné aux sujets lors d’un test en double-aveugle. Bien que les sensations d’alcoolémie soient restées les mêmes, les dégâts sur le cerveau pourraient avoir été diminués.

PLUS GÉNÉRALEMENT

Le CBD exerce ses effets sur plusieurs systèmes au sein du corps. Il affecte un certain nombre de systèmes neuronaux relatifs aux troubles de l’addiction. Il est reconnu pour ses propriétés anti-inflammatoires et pour réduire le stress oxydatif dans le corps tout entier. Jusqu’à maintenant, il n’existe pas d’effets secondaires négatifs liés à l’administration de CBD.

Le cannabidiol (et en fait tous les cannabinoïdes en général) est un composé sans danger lorsqu’il est consommé par les humains ou les animaux. C’est un fait extrêmement important pour des applications thérapeutiques. C’est un composé prêt à l’emploi qui affecte un des systèmes primaires qui régule le corps humain.

Des études continuent d’explorer la nature du système endocannabinoïde. Le CBD et la famille des cannabinoïdes semblent sur la voie de jouer un rôle majeur sur la santé des êtres humains dans un futur proche.


Cibdol