Les Faits Et Les Mythes de CBD

Publié:

Il est incontestable que le CBD fait des vagues parmi l'institution médicale. Pendant de trop nombreuses années, la diabolisation du cannabis a empêché la vaste majorité des laboratoires et des centres de recherche d'à travers le monde de conduire objectivement des études sur le potentiel des composés actif du cannabis à des fins médicales.

Heureusement, cela a changé puisque la FDA, l’agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, a récemment approuvé l'utilisation des huiles CBD lors d'essais médicaux. Tandis que de plus en plus de preuves s'accumulent, il en va hélas de même pour le nombre de désinformations sur les produits CBD. La phobie sociale héritée et fortement enracinée vis-à-vis du cannabis commence doucement à disparaître au fil des années, au fur et à mesure que les entités d'à travers le monde reconnaissent à quel point le cannabis est un problème de faible envergure contrairement à d'autres (si ce n'est quasiment toutes) drogues ou alcools qui sont en vente libre.

Bien que toujours techniquement illégal dans de nombreuses juridictions, on peut se demander pourquoi il est toujours interdit si tout le monde affirme qu’il est bénéfique.

La raison est simple. Lorsque les anciennes lois bien trop strictes interdisant le cannabis sont passées, elles ont été proposées sous le motif que la plante dans son intégralité (et ses dérivés) était psychoactive et possédait le potentiel d'être surconsommée pour le plaisir.

Étant donné que les huiles CBD sont une extraction du plant de cannabis, elles tombent automatiquement dans la liste des substances contrôlées. Cela a engendré de nombreux mythes comme quoi le CBD serait du cannabis, alors que le chanvre et la marijuana ne sont pas du tout la même chose.

Nous analyserons ici certains des mythes et des faits les plus communs que vous devez connaître afin d'être véritablement au courant de l'envers du décor.

LE CBD EST UN CANNABINOÏDE - C'EST UN FAIT !

CBD signifie cannabidïol, l'une de la soixantaine de molécules actives et distinctes que l'on retrouve dans le cannabis. Le corps humain a un système de neurorécepteurs que l'on appelle le système endocannabinoïde, où le CBD semble interagir en modulant et régulant les activités autour des récepteurs CB1 et CB2.

On peut retrouver ces récepteurs cannabinoïdes partout dans le corps, de la tête aux pieds. Le CBD, directement et indirectement, régule certaines réceptions des neurotransmetteurs, les canaux ioniques, et même les récepteurs non-cannabinoïdes.

LE CBD INDUIT DES EFFETS PSYCHOACTIFS – MYTHE !

Le CBD est non-psychoactif. La FDA, malgré le fait qu'elle ait seulement récemment autorisée les essais cliniques, classifie toujours les huiles CBD comme un complément alimentaire. En fait, des preuves empiriques suggèrent que le CBD est antipsychotique, anxiolytique et permet de manière générale de se détendre.

Les consommateurs récréatifs de marijuana ont tendance à préférer des petites quantités de CBD parce que ce dernier, lorsque mélangé à de la marijuana, va diminuer ses effets considérablement.

LE CBD EST EXTRAIT DES PLANTS DE MARIJUANA – MYTHE !

Pour être clair et limpide, la confusion tourne autour de la nomenclature taxonomique donnée à la plante même. Même les botanistes et les ethnobotanistes ont encore besoin de trouver un consensus sur cette classification. Sans compter l'argot.

Afin (d'essayer) d'être clair, Cannabis est en vérité le nom scientifique du genre qui a trois espèces distinctes différentes - Cannabis sativa, Cannabis indica et Cannabis ruderalis.

Marijuana et weed sont des mots d'argot pour les types de cannabis qui ont une forte contenance en THC et qui sont appréciés pour leurs qualités euphoriques et psychoactives. Ils sont souvent conçus avec cette idée en tête, et de ce fait, le CBD y est souvent présent en très petites quantités.

Le chanvre industriel est le nom donné à une variété de cannabis qui est sélectionnée pour sa qualité à produire des fibres, des graines et des huiles de chanvre. Généralement, le cannabis est considéré comme du chanvre lorsque sa contenance en THC se trouve en dessous de 0,3 %. Ce genre de cannabis possède de forts taux de CBD.

Depuis quelques années, et surtout parce que la popularité du CBD ne fait qu'augmenter, des sélectionneurs se concentrent sur la création de variétés spécifiques produisant plus de CBD. Bien que le chanvre suffise amplement, une variété récréative peut produire des fleurs femelles bien plus grandes. En sélectionnant certaines variétés avec de faibles taux de THC et de forts taux de CBD, les nouvelles variétés peuvent produire une quantité bien plus importante de matière première avec la même empreinte. En fait, c'est le chanvre qui n'est pas très bon pour les fibres, mais qui donne des quantités largement supérieures de CBD en poids - sans THC.

IL EXISTE UNE LIMITE JURIDIQUE SUR LE DOSAGE RECOMMANDÉ – VRAI !

En tant que supplément pour la santé, les producteurs de CBD ne sont pas autorisés à recommander une consommation de plus de 160 mg de CBD par jour et par consommateur. C'est pour s'assurer qu'il soit bien utilisé en tant que complément. Seuls les docteurs peuvent recommander de plus fortes doses avec une ordonnance pour du CBD. Il est utile de demander conseil à un professionnel de la santé si vous souhaitez consommer du CBD d'une manière autre qu'un simple supplément diététique.

TOUTES LES HUILES CBD SONT CRÉES ÉGALES – MYTHE !

Rien ne pourrait être plus faux que cette affirmation. Pour commencer, afin de faire des huiles CBD, vous aurez besoin de matières premières de la meilleure qualité possible : des têtes/fleurs femelles de cannabis en grande quantité. Cela pose un problème puisque comme bien souvent, l'offre ne suit pas la demande.

Les méthodes de production souterraines et non réglementées de la culture sont en proie à des engrais pétrochimiques très puissants, à des additifs stimulant la croissance et à des pesticides. Le résultat est bien loin d'un produit naturel et cela finira par contaminer l'huile résultante. De ce fait, il est nécessaire d'utiliser uniquement du cannabis cultivé naturellement et qui soit véritablement organique.

Voyons également les méthodes d'extractions qui sont employées. Il existe plusieurs méthodes, mais puisque les huiles CBD sont destinées à pénétrer dans le corps humain, il serait sage de comprendre que la majorité de ces méthodes utilisent des solvants toxiques qui sont très difficiles à éliminer.

L'extraction au CO₂ est complètement propre et sensible à l'environnement, en plus de garantir de ne laisser aucuns résidus derrière elle. Le coût de l'équipement est prohibitif dans la plupart des cas, et vous aurez besoin d'un opérateur hautement qualifié pour faire fonctionner correctement un tel système.

Certains producteurs préfèrent la quantité, tandis que d'autres se concentrent sur la qualité.

Le CBD peut également être obtenu dans sa forme cristalline la plus pure. En théorie, le résultat est pur et authentique. Mais il est bien connu que les cannabinoïdes opèrent au maximum de leur efficacité lorsqu'ils sont ensemble. On appelle cela l'effet entourage. La valeur thérapeutique d'une huile est sur son tout, et non sur la somme de ses parties. La plupart des autres méthodes d'extraction détruiront les terpènes et les flavonoïdes.

Tandis que le CBD est le constituant principal, les terpènes et les flavonoïdes jouent également un rôle important dans l'expérience thérapeutique des huiles CBD - ils ne se résument pas qu'au goût et à l'odeur.

LE CBD FAIT L'OBJET DE RECHERCHES CLINIQUES - C'EST UN FAIT !

Pendant longtemps, la recherche sur le cannabis s'est faite soit dans le secret, financée par le gouvernement américain avec un programme de propagande réglé comme du papier à musique, soit par quelques pionniers étranges, qui pour une raison ou une autre ont réussi à passer à travers les tracasseries administratives.

Des exemples comme le Dr Raphael Mechoulam en Israël, le Dr Manuel Gúzman en Espagne, et même le groupe activiste NORML aux États-Unis (pour n’en nommer que quelques-uns) ont pavé la route de recherches analytiques plus poussées.

Pendant des décennies, la recherche était interdite à une majorité de cliniciens. Ce n'est que récemment, dû à une agitation sociale sans précédent et à des réformes législatives, qu'il est possible de proposer à des académiciens et à des centres de recherche la possibilité d'en effectuer sans peur de représailles de la part des comités d'éthique, ou même des autorités policières.

La quantité d'articles publiés concernant la recherche sur le CBD est sans précédent, et il ne fait aucun doute qu'un très gros investissement dans ce domaine est en cours.

Tout récemment, l'Organisation Mondiale de la Santé et l'Agence Mondiale Antidopage du Comité Olympique ont revu leur position sur le CDB en affirmant qu'il était complètement sûr et ils recommandaient même aux législateurs du monde entier de revoir leur position sur cette molécule très prometteuse.


Cibdol