Comment équilibrer votre système endocannabinoïde

Comment équilibrer votre système endocannabinoïde

Il est possible de prendre de nombreuses mesures pour entretenir la santé des différents systèmes du corps. La méditation et un sommeil adéquat aident à entretenir le système nerveux ; faire une bonne quantité d'exercice physique renforce le systèmes musculo-squelettique ; une alimentation saine et des bactéries bénéfiques contribuent à la santé du système digestif …

Ces stratégies sont bien connues. Cependant, on pense rarement à ce qui est possible de faire pour entretenir la santé de son système endocannabinoïde (SEC). En fait, beaucoup de personnes n'ont jamais entendu parler de ce réseau physiologique important.

Lisez la suite pour découvrir l'importance du système endocannabinoïde et comment entretenir son fonctionnement optimal.

Qu'est-ce que le système endocannabinoïde ?

Le système endocannabinoïde est composé de sites récepteurs présents dans tout le corps. Le système joue un rôle prépondérant sur de nombreux autres systèmes biologiques et il aide à entretenir l'homéostasie — un état d'équilibre biologique optimal. Non exclusif à l'homme, le système endocannabinoïde a joué un rôle évolutionnaire important chez de nombreuses créatures.

Le système endocannabinoïde comporte trois composantes principales : les récepteurs cannabinoïdes, les endocannabinoïdes et des enzymes spécialisées. Les deux principaux types de récepteurs — CB1 et CB2 — se retrouvent sur différents types de cellules dans le corps. Ils sont présents dans le système immunitaire, le système nerveux, les muscles, la peau, les os, le cerveau et même le système cardiovasculaire.

Les endocannabinoïdes produits en interne activent ces sites récepteurs, en particulier l'anandamide (AEA) et le 2-AG. Les cellules produisent ces molécules à la demande à partir de précurseurs à base lipidique. Elles agissent comme molécules de signalisation et se lient aux récepteurs, tout comme une clé se loge dans une serrure. Les deux endocannabinoïdes jouent des rôles importants dans l'apprentissage, le sommeil, le remodelage osseux, la neuroprotection, la signalisation de la douleur et la protection cardiaque.

Tonalité endocannabinoïde

Comme vous pouvez le voir, les endocannabinoïdes jouent un rôle vital dans le système endocannabinoïde. Ils sont nécessaires au corps pour activer les récepteurs cannabinoïdes, au bon moment, pour conserver l'équilibre.

Par exemple, la signalisation endocannabinoïde semble jouer un rôle important dans l'anxiété et la dépression. Les endocannabinoïdes aident aussi à équilibrer la construction et la déconstruction des tissus osseux. Comme ils jouent un rôle si important, le corps doit produire des niveaux adéquats d'endocannabinoïdes.

Certains problèmes de santé pourraient survenir lorsque le corps, peu importe la raison, ne produit pas assez de ces molécules — un trouble connu sous le nom de carence endocannabinoïde clinique. Des chercheurs ont découvert une corrélation entre de faibles niveaux d'endocannabinoïdes et des troubles tels que la fibromyalgie, la migraine et le syndrome du côlon irritable.

Les mêmes chercheurs déclarent que chaque personne possède une certaine tonalité endocannabinoïde qui reflète ses niveaux d'AEA et de 2-AG. Si cette tonalité diminue, cela peut entraîner des perturbations d'humeur, de sommeil, de digestion et autres.

Cependant, ils mentionnent également qu'une tonalité endocannabinoïde excessive pourrait être nocive, en l'impliquant dans des cas d'obésité, de syndrome métabolique et de fibrose hépatique.

Niveaux des récepteurs cannabinoïdes

Le nombre de récepteurs cannabinoïdes qu'une personne produit pourrait aussi jouer un rôle important dans la santé humaine. Tout comme un manque d'endocannabinoïdes, un manque de récepteurs sur lesquels se lier pourrait entraîner des problèmes similaires.

Par exemple, un manque de récepteurs CB1 semble être associé à l'anxiété. De même, la recherche a associé un manque de récepteurs CB2 à des cas accrus d'inflammation.

Le nombre de récepteurs cannabinoïdes qu'une personne exprime peut être déterminé génétiquement, cependant, des interventions diététiques pourraient être capables d'altérer le nombre de récepteurs à un certain degré.

Comment équilibrer votre système endocannabinoïde

Comment équilibrer votre système endocannabinoïde

Pour aider à équilibrer le système endocannabinoïde, il pourrait être possible de consommer certains aliments et certaines molécules afin d'améliorer la tonalité endocannabinoïde et de produire un niveau adéquat de récepteurs.

Cependant, ces découvertes et théories dérivent de recherches scientifiques très préliminaires. Voilà pourquoi l'équilibrage du système endocannabinoïde semble être une zone gouvernée par d'extrêmes nuances. Les recherches futures détermineront comment tester cette tonalité et quelles mesures sont nécessaires pour restaurer ou établir un système endocannabinoïde équilibré.

Pour l'instant, nous avons accès à des recherches qui suggèrent différentes méthodes d'augmentation des niveaux d'endocannabinoïdes, des niveaux de récepteurs et de l'activation des récepteurs. Lisez la suite pour vous familiariser avec ces interventions.

Cannabinoïdes

Les phytocannabinoïdes sont une classe de cannabinoïdes présents dans les plantes. Ils tirent leur nom de leur capacité à se lier aux récepteurs cannabinoïdes, grâce à leur similarité moléculaire aux endocannabinoïdes.

Le cannabis est une riche source de cannabinoïdes, comme le THC, le CBD, la CBN, le CBG et bien d'autres. Cependant, d'autres épices et fines herbes produisent des molécules similaires.

Le caryophyllène — terpène et cannabinoïde « diététique » — active les récepteurs CB2. L'AEA et le 2-AG se lient aux récepteurs CB2, mais une faible tonalité endocannabinoïde pourrait entraîner une activation insuffisante. Dans ces cas, le caryophyllène pourrait aider à compenser ce manque de tonalité. La molécule se retrouve en grandes quantités dans les plantes suivantes :

• Poivre noir
• Mélisse
• Clou de girofle
• Houblon
• Romarin

Les alkylamides présentes dans Echinacea — une plante utilisée en médecine traditionnelle — semblent cibler les récepteurs CB2. Les molécules sont considérées comme étant des principes actifs de la plante et semblent posséder des propriétés immunomodulatrices

Tiré le plus souvent du chanvre, il est possible pour les consommateurs d'ajouter du CBD à des aliments et des boissons. Ce cannabinoïde ne se lie pas directement aux récepteurs cannabinoïdes, mais la recherche suggère que le CBD pourrait aider à améliorer temporairement la tonalité endocannabinoïde en empêchant des enzymes spécifiques de décomposer l'AEA.

Acides gras

Le corps produit les endocannabinoïdes à partir de précurseurs à base lipidique, à savoir les acides gras oméga-3. Ces molécules se transforment en endocannabinoïdes en passant par une voie enzymatique spécialisée. Une fois synthétisés, les endocannabinoïdes pourraient aider à contrôler l'inflammation.

Cette source alimentaire de précurseurs endocannabinoïdes soulève aussi la possibilité qu'une alimentation pauvre en acides gras oméga-3 pourrait entraîner une faible tonalité endocannabinoïde. Parmi les aliments riches en acides gras oméga-3, on retrouve :

• Poisson
• Huîtres
• Crevettes
• Algues
• Graines de chia
• Graines de chanvre
• Noix

En revanche, certains acides gras pourraient réduire l'activité du système endocannabinoïde. La consommation de DHA pourrait aider à réduire la sur-activation, en réduisant potentiellement la graisse corporelle et le risque de diabète de type 2. Parmi les aliments particulièrement riches en DHA, on retrouve : 

• Palourdes
• Moules
• Huîtres
• Saumon
• Thon

Exercice en aérobie

L'exercice aérobique pourrait aider à mettre en marche le système endocannabinoïde. Ce type d'exercice physique implique des efforts de faible intensité sur des périodes de temps relativement prolongées. On peut citer la course à pied, le cyclisme et la natation.

Le corps produit des niveaux élevés d'AEA après l'exercice en aérobie. Des chercheurs pensent que l'AEA pourrait en réalité être partiellement responsable de ce qui est appelé « ivresse du coureur » — une sensation d'euphorie ressentie après l'effort physique.

Le fait que l'homme ait évolué pour la course à pied suggère que les changements neurochimiques associés à l'activité aérobique pourraient être essentiels dans l'entretien d'un système endocannabinoïde équilibré.

De quel produit ai-je besoin ?
As Seen On: